Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Cearriveenfrance

Urgences, 2 et 3

Je vais directement aller aux urgences 2 et 3, pour ne pas vous faire mijoter plus longtemps. J'espère juste que ce ne sera pas trop long à raconter.

Donc, après l'épisode un des urgences, on avait dit à mon mari que son hématome serait long à disparaître. Mais, au bout de 8 jours, au lieu de s'atténuer, ça a amplifié L'hématome est descendu dans son pied qui a gonflé et a pris une vilaine couleur. Inquiète, je l'ai ramené aux urgences. Comme c'est un toubib des urgences qui l'avait vu, je me suis dit qu'on nous accepterait sans rendez-vous. 

Nous nous sommes faits attraper par la dame de l'accueil :

 - on  ne vient pas aux urgences sans passer par un médecin

- mais, on en a plus, ils sont partis en retraite.

- les urgences sont assez encombrées sans qu'on prenne la bobologie. Bon, puisque vous êtes là, on va vous prendre. Mais, vous, madame, vous ne pouvez pas rester, revenez dans une heure et demi.

Une heure et demi à poireauter autour de l'hôpital, y'a mieux que je me suis dit. Je vais en profiter pour aller dire bonjour à notre fille, l'école vient de finir.

Ce que j'ai fait...Une heure et demi après, je monte dans la voiture et retourne à l'hôpital. Je reçois un coup de fil pendant que j'étais au volant...Warning, arrêt fissa sur le bas côté. Je pensais que c'était les urgences. Je regarde le numéro de téléphone.....qui venait de la maison, où il n'y avait personne, normalement.

- qu'est-ce que tu fous, pourquoi tu n'étais pas à l'hôpital à m'attendre a râlé le mari ?

- et toi, comment tu es rentré à la maison ?

- à pied....

C'est quand même fort de café qu'un mec emmené en urgence à l'hôpital, rentre chez lui à pied, quand même 4 km environ..

- qu'est-ce qu'on t'a fait et dit ?

 - rien, que c'est normal que ça descende dans les pieds. Il faut attendre.

3 jours après, nous partions chez notre fils pour garder Gaby et pour que le mari refasse sa chambre. Il avait un doute d'y arriver, car il ressentait toujours une douleur et l'hématome était encore là. La route l'a fatigué, mais il n'a pas voulu que je prenne le volant. Nous nous sommes arrêtés un bon moment au viaduc de Garabit, sans sortir de la voiture pour moi, il faisait un vent glacial. Le col de la Fageole était complètement dans les nuages...de 20°, la température était tombée à 5°..

Le mardi matin, le mari attaquait la chambre, avec raccord sauté de 50 cm (ouais, je sais ce qu'est un raccord sauté), un mur en papier graffitis, ça fait un joli effet.

Le mercredi, j'ai emmené Gaby à ses différents sports, natation et judo..Il est charmant cet enfant, facile à vivre, pas contrariant, écoutant bien :

 - mamie, je peux jouer à la console qu'il me demandait le soir, après ses quelques devoirs ?

- on te voit si peu que je ne vais pas t'en interdire, du moment que tu n'y passes pas des heures.

J'avais interdit au mari de monter sur l'escabeau quand je n'étais pas là....ce qu'il a bien fait.

En fin de matinée du mercredi, vaquant dans la cuisine, j'entends soudain un bruit terrible. J'ai cru un instant qu'un avion s'écrasait sur la maison. J'ai entendu le mari crier.

Vous savez ce qui vous passe dans la tête dans ces moments-là ? Tout y passe. Vous vous demandez ce que vous allez trouver. Je me suis hâtée de monter à l'étage, tremblante.

Arrivée dans la chambre, j'ai vu le mari brailler :

 - vite, vite, viens m'aider, j'ai le pied coincé sous le radiateur qui m'est tombé dessus. Mon dieu, un radiateur de plus de 250 kg, en fonte.

Je me suis précipitée...Il avait une partie du pied coincé. Péniblement, j'ai réussi à en soulever un peu, le temps que le mari dégage son pied. 

Je n'ai pas voulu regarder

- je vais appeler les pompiers que je lui ai dit

 - non, non, ça va aller, je n'ai pas mal. Je vais me soigner.

Ce qu'il a fait. Il a tant bien que mal soigné son pied et s'est remis au boulot, avec une pantoufle au pied. Je n'ose vous parler des détails glauques. 

Vers 21h, il a voulu à nouveau nettoyer la plaie. J'ai vu que ça n'allait pas, que ça pissait le sang. J'ai appelé son fils qui, après avoir vu le pied de son père, s'est affolé et lui a dit :

 - maintenant, tu vas venir, je t'emmène vite fait aux urgences et t'as pas intérêt à râler.

J'ai quand même appelé le 15, qui m'ont dit d'amener rapidement le mari, que les urgences seraient prévenues...

Le fils est parti sur les chapeaux de roue, même que le mari m'a dit que, tout le long de la route, il s'était fait incendier.

Durant 2 heures, j'ai tellement angoissé, voyant le mari amputer de son pied, que j'ai appelé ma fille pour lui faire partager mon angoisse. Résultat, on était 2 à s'inquiéter. Et la fille qui avait école le lendemain.

N'ayant pas de nouvelles du fils, je lui ai envoyé un SMS

- ça fait une heure que le père est avec les médecins, je n'en sais pas plus, j'attends, il n'y a pas grand monde.

J'ai attendu, attendu, dans la pénombre, regardant la magnifique lune surplombant la colline en face.

A minuit et demi, j'ai vu la voiture revenir, avec le mari à l'intérieur...Ouf.

Mari, bien remis, content du personnel soignant :

 - je n'ai jamais vu de personnel aussi sympath...J'ai bien discuté avec le médecin très charmant pendant qu'il me soignait. Nous avons parlé fringues. Tiens, j'ai déjà parlé un jour de la même chose. A croire que notre métier nous poursuit toute notre vie. Sont quand même malins les toubibs de détourner notre attention pour nous éviter de paniquer.

- qu'est-ce que tu as ?

 - triple fracture ouverte du gros orteil, je l'ai échappé belle. 

Je vous épargne les autres détails. C'est le mari qui fait lui-même ses pansements, je n'ai pas encore pu regarder son pied. Il est sous antibio et doit bien surveiller sa température. Il n'a souffert que la 1ere nuit et encore, après avoir pris un cachet, il a réussi à dormir un peu....et moi aussi, avec l'ami Lexo..

Pour en revenir à ce petit hôpital, qui, comme beaucoup d'autres, a peur de disparaître un jour, il faudrait bien que nos politiques comprennent que c'est la survie de nos territoires qui est en jeu. Imaginez qu'il n'y ait pas eu d'hôpital à V..de Rouergue, il aurait fallu appeler les pompiers qui aurait emmené le mari à l'hôpital de Rodez qui l'aurait sûrement gardé toute la nuit. L'hôpital de V....de Rouergue a une bonne côte. Mon mari lui a mis la note de 20/20...pour Vichy, 16/20...

Au fait, vous voulez voir le radiateur qui lui est tombé sur le pied, radiateur qui était debout au départ ? Imaginez que ce soit Gaby qui se soit trouvé à côté ? Le mari a voulu le déplacer un peu pour mettre le papier. Remarquez, si je l'avais aidé, va savoir ce qui serait arrivé. Maintenant, il est couché sur le sol. Le plombier qui l'avait décroché aurait dû le coucher directement....Mon fils se demande comment le sortir de la chambre voulant mettre du lino sur le parquet. Encore un sujet d'angoisse. Ce ne serait que de moi, je balancerais ce radiateur et le remplacerais par un plus léger.

Sur l'autoroute du retour, mon mari a accepté que je conduise une centaine de km.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
U
Et bien que de péripéties et d'inquiétude ! Cela me conforte dans mon refus de bricoler ! On ne se blesse jamais avec une guitare ! Bon week end Julie
Répondre
E
Tu dis que ton mari fait ses pansements tout seul.<br /> Le mien c'était pareil, pour lui et toute la famille, moi rien qu'à voir le sang, hop, je tourne de l'œil. <br /> Mon mari ne sortait pratiquement jamais, c'est moi qui le poussait à sortir, <br /> en réunion familiale ou amicale, il ne parlait presque pas, même avec moi, un solitaire... muet. <br /> Je bavarde pour 2.<br /> Les artisans c'est comme les médecins, pfffff, ça fait 3 mois que L'elagueur me dit qu'il va venir, ha pour des messages avec dates repoussées, j'en ai , envie de le trucider.<br /> J'espère qu'il viendra, mais après le travail, je lui dirais que je ne lui ferais pas de publicité. Et je pense que je le ferais attendre pour le chèque. <br /> Bon week-end, il fait beau, mais je suis fatiguée, voilà le temps de nettoyer tout le terrain. <br /> Bises
Répondre
P
Eh bien quelle série noire ! Monsieur Juju doit bien souffrir mais doit maintenant arrêter de vouloir faire les choses seul. Les artisans ne sont pas là pour des prunes, il arrive un moment où il faut renoncer à faire soi-même.<br /> C'est dommage de jeter ce beau radiateur, vous trouverez bien de l'aide pour le déplacer.<br /> Bon courage à vous deux,<br /> Bisous savoyards pluie et soleil (comme mon moral !)
Répondre
J
S'il avait souffert, il serait allé plus rapidement aux urgences. Bizarrement, comme dit à quelqu'un, à Eve, peut-être, il pensait qu'il n'avait rien de cassé comme il ne souffrait pas....La piqûre de l'anesthésie lui a fait beaucoup plus mal...Trouver des artisans, c'est galère. Mon fils a réussi, au bout de 2 ans à trouver un mec pour lui peindre tous ses plafonds....Mon mari avait promis depuis 1 an à Gaby de lui refaire sa chambre, il aime poser le papier, contrairement à son fils...N'était ce accident de radiateur, pour une fois, ça allait bien entre eux, ensuite, patatras il s'en est ramassé une bonne par son fils...Ce n'est quand même pas la faute à mon mari, lui ne voulait pas qu'on décroche ce radiateur....Jamais, ce radiateur aurait du être enlevé ou alors, définitivement...Il me fait peur....Mon fils doit inviter une bande de potes la semaine prochaine...J'appréhende s'ils veulent le sortir...J'ai dit à mon fils qu'ils devraient se débarrasser de cet énorme engin...Oui, ça sent aussi la pluie chez nous. Ce matin, on avait un beau soleil, mais plus maintenant...Le baromètre est en train de chuter grave. Pourvu que nous n'ayons pas des orages violents...Bises...
S
Hello Juju,<br /> M'enfin... il cherche ou quoi, monsieur Juju...<br /> Je te l'ai dit dans le com précédent... C'est plus de no z'âges et pi ce genre de radiateurs monstrueux en fonte, c'est terminé. On les fait en tôle, plus fins, qui chauffent autant, montent plus vite en température... et se refroidissent plus vite, je te l'accorde. <br /> Ben voilà ton mari condamné au port de claquettes pour un bon moment.<br /> Redoublez de prudence tous les deux (surtout lui), la période n'a pas l'air très faste...<br /> Bizz et bonne fin de journée.<br /> Gilles
Répondre
J
Tu sais que ce radiateur est resté sur le sol...Et mon fils doit poser le lino avant le 8 mai, jour de réception de la nouvelle chambre de Gaby...Ca me fait peur....Je me demande comment ils vont sortir ce radiateur....Le plombier qui l'avait décroché aurait dû l'embarquer....Comme toi, j'ai dit à mon fils qu'ils devraient changer ce radiateur....Je me demande comment on a pu les monter à l'étage...Il y en a un dans la chambre des parents, encore plus gros. Si mon mari refait leur chambre, sûr qu'il ne voudra pas qu'on enlève le radiateur pour poser du papier derrière, où alors, faut les enlever définitivement...<br /> Oui, en ce moment, on a la poisse....Pour les claquettes, il n'en veut pas, disant qu'il ne veut pas se cogner le pied, il avait mis des sandales, mais il ne les sentait pas.....Là, il a remis des chaussures pour aller chez cler-le, disant que c'est mieux à cause des fous du volant des charriots..Bon week-end.
C
Ouh lala en effet c'est du lourd ! qu'est ce qu'il a dû avoir mal ....... ça devient de plus en plus compliqué pour se faire soigner et quand on tombe sur quelqu'un de bien, on en est presque étonné !<br /> Qu'il reste maintenant sage et tranquille ton mari ! bon courage à lui et aussi à toi !!!
Répondre
J
Bizarrement, s'il avait eu plus mal, j'aurais pu l'amener dans la journée aux urgences...Mais, monsieur disait qu'il ne devait rien y avoir de cassé, vu qu'il n'avait pas mal. Ce qui lui a fait le plus mal, c'est la piqûre de l'anesthésie...Les 2 jours suivants, il a terminé la chambre de Gaby...Et, bizarrement, c'est maintenant qu'il ne se sent pas en forme....Bon week-end
H
Alors à Paris, ce n'est pas mieux, passer un scanner des cervicales, pas avant le 15 ans, j'ai laissé tomber, trois semaines pour passer une échographie.<br /> Et SOS médecin, jamais venu, Merveille n'était pas en forme, heureusement que ce n'était rien de méchant et je ne te parle pas de ma belle fille.
Répondre
J
C'est vrai que pour ta belle-fille, ça dure depuis quelques années...Nous n'avons plus de toubibs mon mari et moi...Ne reste donc que les urgences quand ça presse....Et là, on peut se faire rembarrer...Le 15 de l'Aveyron m'ont bien reçue....Je crois, finalement que nous étions mieux soignés, il y a 50-60 ans, on pouvait appeler son toubib en pleine nuit et tout le monde trouvait ça normal....
F
Et oui, on a soumis les petits hôpitaux à tout un tas d'autorisations (parfois valables seulement un an) pour pouvoir fonctionner. Les médecins ne trouvant pas la sécurité de l'emploi se sont fait la malle, on ne trouve pas de médecin, cela précarise les services en question, puis on les ferme en disant que c'est dangereux de s'y faire soigner !!!<br /> Bon, pour ton mari, repos imposé, et toi aux petits soins pour lui ;)<br /> J'ai remis le lien qui ne s'ouvrait pas à la suite de ton commentaire.<br /> Bises drômoises
Répondre
J
Tout à fait exact ce que tu dis...La petite ville de notre fils a la grande chance d'avoir encore son hôpital, ce qui amène des habitants. Mais, pour combien de temps encore ? Cette ville n'a que 14000 habitants..Aux petits soins, vite dit, je n'arrive pas à le garder à la maison, il est toujours en vadrouille, dit que ça lui fait du bien de marcher et de causer avec des gens dans la rue..
G
J'espère qu'il va vitre se remettre de de Bons pieds<br /> Espérons que les gens ne vont pas remettre Macron pour finir de nous achever ...<br /> Bonne journée
Répondre
J
Moi, c'est décidé, je vais voter comme il y a 5 ans...
E
Aïe, j'ai mal pour ton mari !!<br /> Bon vélo c'est fait<br /> Radiateur c'est fait<br /> Stop, monsieur le mari, avant d'entreprendre quoique ce soit, évaluer le pour et le contre,. <br /> Ce petit hôpital était certainement plus accueillant que en grande ville et le personnel aussi.<br /> C'est tellement vite arrivé des.... petits... accidents de la vie qu'on ne peut pas tout prévoir. <br /> Bon rétablissement à ton homme. <br /> Et toi, fait attention à ne pas te blesser. <br /> Bises
Répondre
J
Bizarrement, on lui a dit à l'hôpital que si ça n'avait pas saigné, il aurait dégusté...D'un autre côté, j'aurais pu l'emmener plus tôt dans la journée au lieu de solliciter le fils le soir...Là, mon mari est parti faire des courses...Ce qu'il craint, c'est qu'un caddy lui marche sur le pied....Sinon, c'est un coriace qui se soigne lui-même. Je n'ai pas encore osé regarder sa blessure....Oui, c'est si vite arrivé un accident...Là, c'eût pu être encore plus dramatique...Bon week-end...la pluie arrive chez nous....
B
Hello Juju<br /> Macron sera la mort des hôpitaux de proximité et tout ce qui sera service public de proximité. Soso a voulu voir le débat hier soir.... Ce type est infect, un vrai despote. On en avait plus eu en France dictateur depuis De Gaulle....<br /> Ton mari se le cherche un peu non ?? Moi, le chirurgien m'a dit pendant un mois, pas de moto, pas d'effort et pas de charge à soulever...et je l'ai écouter à la lettre car je sais qu'un import de 3 secondes, c'est après des mois de convalescence ou de rééducation ..<br /> Bon Jeudi<br /> Pat
Répondre
J
Non, là, mon mari a simplement voulu déplacer un énorme radiateur, c'est son tort....Mais, ce radiateur bougeait...Heureusement que ce n'est pas Gaby qui se l'ait ramassé. Rien que d'y penser, j'en tremble...Pour ce que tu as, effectivement, il ne faut porter aucune charge, ne faire aucun effort..Pour le pied de mon mari, on ne lui a rien demandé de spécial. Même qu'il se fait lui-même ses pansements...
L
Faudrait quand même que quelqu'un qui n'est pas qu'une machine à calculer mais un être humain se rende compte qu'un patient n'est pas une bagnole à fabriquer.
Répondre
J
J'ai bien peur qu'avec le nouveau président (e), ça ne s'arrange pas plus dans les hôpitaux...