Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Cearriveenfrance
Cearriveenfrance
Menu
Le choix des urnes

Le choix des urnes

Voilà, les élections présidentielles 2022 sont terminées, avec la victoire en demi-teinte du président candidat.

Il n'a pas à pavoiser, car si on réfléchit un tant soi peu, il a été élu, une fois de plus, par défaut, à défaut d'un candidat en face de lui suffisamment respectable, vertueux, "noble", digne de représenter notre belle France à travers le monde...10-12 millions de "fans" ne représentant pas la France, les autres ayant voté par défaut ou ayant préféré s'abstenir, voter blanc ou nul. 

Nous nous sommes retrouvés devant le même dilemme qu'en 2017 pour 3/4 des français.

On nous fait tellement haïr le front national que la plupart des français n'ont pas encore osé franchir la rivière. Quoique, le front national a encore progressé d'environ 8 points. Ce qui fait que, dans 5 ans, le Rubicon sera peut-être franchi.

Vous avez vu, les oubliés des campagnes n'ont pas eu ce scrupule, le Rubicon, ils l'ont franchi, comme dans mon ancien département de la Nièvre. Pourquoi me direz-vous, les campagnes qui ont très peu d'immigrés votent-ils les extrêmes ? Justement, parce que ce sont les oubliés de la France et qu'ils se rappellent au bon souvenir des politiques au moment des élections. Ils n'ont plus que ce pouvoir, ce droit, pour manifester leur colère, leur frustration, leur détresse, leur désespoir.... On leur a tout enlevé en 60 ans, les services publics, les écoles, les commerces, les médecins, les hôpitaux...... On leur tue leurs bêtes dans les prés - c'est pas grave que dit la justice, ce ne sont que des biens matériels, et les biens matériels, ça ne vaut pas la peine qu'on poursuive les délinquants - on vole leurs carburants, on leur impose des règles européennes qui les font crever à petit feu. Vous avez vu le nombre de suicides chez les agriculteurs dont les français des villes se contrefichent, vous avez vu le nombre de fermes qui disparaissent chaque année, non, chaque mois, chaque jour ? Ah, on pourra venir pleurer quand on n'aura plus rien à manger, quand les haies ne seront plus entretenues - ouf, on a encore les chasseurs qui régule le gibier - Bref, les campagnes sont les laissés-pour-compte de la république.

Les politiques, les médias ont tout fait pour diaboliser Marine Le Pen...Et ils y ont encore réussi...en partie. Avec eux, ils ont la chance d'avoir l'image du père qui fait fuir les hésitants. Je vous avouerai qu'imaginer un seul instant le père venir se pavaner aux côtés de sa fille le soir des élections, ça me donnait des hauts le coeur. Faut bien dire que Marine, c'est son père qui l'a dressée au départ. Et ça, on ne peut l'oublier, même si, au fil des jours, des mois, elle nous devenait presque sympathique. Et oui, on ne choisit pas sa famille. M'est avis que son règne va bientôt se terminer. Mais, derrière elle, il y a la relève, tiens, comme le jeune Bardella qui m'a l'air d'avoir les dents déjà bien affûtées. Je vois bien, d'ici quelques années, Bardella face à Attal.

Vous voulez que je vous dise pour qui j'ai voté ? Il y a 5 ans, j'avais, sans scrupule, voter nul ou blanc, ce qui revient au même cela étant dit, vu que le spectre de fascisme me semblait encore lointain.

Cette fois-ci, j'avais décidé encore de faire de même. Mais, j'hésitais quand même. Plus les élections approchaient, plus je me suis dit qu'il me fallait réfléchir en mon âme et conscience, avec en plus cette guerre en Ukraine qui fausse la donne. Au fait, vous avez lu le tweet de Poutine félicitant Macron ? Si ça avait été Marine, on aurait hurlé et dit que Marine faisait alliance avec les russes.

Bilan du président des 5 dernières années ? J'ai été honnête. Je me suis dit que ce jeune président n'avait pas eu beaucoup de bol durant ce quinquennat, avec les gilets jaunes qui lui sont tombés sur le dos, avec les conséquences et la haine qu'on sait..M'est avis que ceux-là ont voté Merluche. En mon âme et conscience, je me suis dit, malgré la restriction de nos libertés lors de la 1ere vague du Covid, que nous avons eu plus de chance que les chinois, qui, eux, prennent des mesures radicales en enfermant tout le monde. Avouons-le, nous avons pu quand même aller et venir durant ces 2 ans. Les entreprises ont touché par mal d'aides....Ah oui, j'en ai appris une bonne récemment. C'est que certains fonctionnaires territoriaux, non vaccinés, ont été payés quand ils ont été interdits de travailler..Je ne sais pas si ça s'est passé ainsi dans toutes les communes.

Bref, pour en revenir à ces élections, j'avais choisi 3 cas, celui du vote blanc, en préparant une feuille de papier vierge, de la dimension des bulletins de vote - hélas, sans le même grammage - j'avais préparé 2 bulletins de vote raturés. Sur place, j'avais bien pris les 2 bulletins de vote officiels. A votre avis, lequel des 3 j'ai pris ? Oh, et puis, non, ne dites rien, c'est le secret des urnes. Je n'ai pas pu savoir quel candidat avait choisi mon mari. Il m'a répondu, fort judicieusement, que cela ne me regardait pas. Je lui avais, pourtant, gentiment saisi le bras pour l'aider à marcher. Bizarrement, il souffre plus de la 1re chute que de son 2e accident, vu qu'il sollicite beaucoup sa jambe gauche pour marcher.

Au fait, nous avons eu quand même quelques bons moments de rigolade durant la soirée d'hier soir, comme lorsque, par 2 fois, les journalistes ont suivi la mauvaise voiture. Les élections, ça les rend fous les journalistes Mon mari, lui, n'a fait que critiquer mam Macron, disant qu'on avait l'impression qu'elle marchait sur des oeufs, que sa tenue n'était pas digne d'une femme de président, d'une femme sur le retour, mais d'une héroïne de Star Wars. Pauvre, à quoi ressemblera t-elle dans 5 ans ? Se réjouit-elle de voir son jeune époux réélu, au lieu de prétendre à une retraite méritée ? 

Et toi, tu t'es vue, pourrait-elle me rétorquer ?

Et maintenant, préparons-nous pour les législatives. Je n'ai pas envie de donner les pleins pouvoirs à un seul homme, sinon, dans 5 ans, on se le coltinera encore. Ce n'est pas bon pour la démocratie de ne pas avoir de contre-pouvoir.