Devoir du Goût : Baudelaire et l'île St Louis, ça vous dit pour chasser le spleen ?

Publié le par Julie

76ème devoir de Lakevio du Goût

Lectrices chéries, vous rappelez vous qu’aujourd’hui, ça fait deux cents ans que Baudelaire est mort ?
Il est parti se coucher au cimetière Montparnasse, squatter la tombe d’un beau-père détesté.
Il n’a pas eu le loisir d’y faire apposer l’épitaphe qui lui allait si bien :

« Ci-git qui pour avoir par trop aimé les gaupes
Descendit jeune encore au royaume des taupes »

Comme Heure-Bleue et votre serviteur, il fut un « nomade parisien » et déménagea très souvent.
Il habita cet hôtel sur l’île Saint-Louis.
Ce lieu me rappelle évidemment quelque chose.
Mais à vous ?
Beaucoup d’entre vous ont vu un jour Notre Dame ou l’île Saint Louis.
Avez-vous erré dans les rues qui l’entourent ?
Qu’y avez-vous vu, qu’est-ce qui vous frappé, une des « petites choses de peu » qui vous frappent et vous émeuvent pour des raisons qui vous échappent jusqu’au moment où vous découvrez pourquoi elles ont remué votre âme.
Comme elles ont sûrement remué celle de Baudelaire.
Vous n’avez pas moins de talent, vous êtes seulement moins connues, alors dites lundi ce qui vous a remué.
(À part, bien sûr, cet appel au devoir, torché de main de maître par un Goût auquel France Inter a obligeamment donné le sujet du devoir car je ne savais pas quoi vous soumettre...)

Oyé, oyé, braves parisiens qui avez le spleen, parce que tout est fermé dans la capitale, il est des endroits que ne connaissait pas Baudelaire et, peut-être pas Le Goût, ce parisien pur jus. Je vais vous donner une adresse pour vous redonner le sourire et vous faire du bien...Vous y goûterez des douceurs, dont seuls les gens qui ont du goût connaissent l'adresse. Elles vous feront un bien fou et vous redonneront le sourire. 

Cette adresse se situe au 45 rue St Louis en Ile, à Paris et fait partie des produits dits essentiels en temps de pandémie. Notre maître à penser après dieu a décidé de soigner notre corps autant que notre esprit.

La confiserie Moinet apporte un soin particulier au packaging. C'est toujours un plaisir de découvrir leurs jolies boites. Faire plaisir en 1er à ses yeux, avant de faire plaisir à ses papilles, tel est le succès de cette illustre ancienne enseigne vichyssoise qui a ouvert une boutique à Paris il y a quelques années.

Vous, parisiens qui avez le blues, allez donc faire un tour vers l'Ile St Louis, et profitez en pour vous acheter une petite douceur vichyssoise. Comme ça, vous aurez aussi une pensée pour moi.

Et, comme faire un peu de pub à un commerce ne peut nuire, un peu de lecture vous fera aussi le plus grand bien.

Allez, pour être dans le sujet, un petit poème de Baudelaire, ça vous tente ? Bon, cela étant, pour nous qui vieillissons, pas très réjouissant. Baudelaire n'avait guère l'âme joyeuse. Ses fleurs du mal ne sont qu'un avant-goût des ténèbres qui le hantaient. D'ailleurs, il est mort dans la fleur de l'âge, dans la quarantaine.

Le Désespoir de la vieille
Charles Baudelaire

La petite vieille ratatinée se sentit toute réjouie en voyant ce joli enfant à qui chacun faisait fête, à qui tout le monde voulait plaire ; ce joli être, si fragile comme elle, la petite vieille, et, comme elle aussi, sans dents et sans cheveux.
Et elle s’approcha de lui, voulant lui faire des risettes et des mines agréables.
Mais l’enfant épouvanté se débattait sous les caresses de la bonne femme décrépite, et remplissait la maison de ses glapissements.
Alors la bonne vieille se retira dans sa solitude éternelle, et elle pleurait dans un coin, se disant : — « Ah ! pour nous, malheureuses vieilles femelles, l’âge est passé de plaire, même aux innocents ; et nous faisons horreur aux petits enfants que nous voulons aimer ! »

Que la jeunesse est belle et la vieillesse affligeante ! Heureusement, nos mamies du 21e siècle ne ressemblent plus du tout aux mamies du 19e siècle, voir du milieu du 20e siècle qui ressemblaient à des oiseaux de mauvais augure. Nos mamies du 21siècle n'ont plus rien à voir avec leurs ancêtres. Elles s'habillent chez Jennifer, Etam - allez, avouez que vous portez, mesdames, des sous-vêtements sexy qui font encore chavirer le coeur de vos compagnons ? - Baudelaire en serait lui-même tout surpris.

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Adrienne 13/04/2021 11:23

ah le sucre qui fait fondre, surtout s'il est joliment présenté ;-)

Praline 12/04/2021 19:04

La collectionneuse de boîtes décorées que je suis dévaliserais bien cette boutique ;-)
Sinon, effectivement, les mamies d'aujourd'hui... hum, on a de beaux restes hein ! mais bon, moi, depuis que je n'ai personne à émoustiller, c'est Petit Bâteau... enfin pas tout à fait, mais presque :-)))

Julie 14/04/2021 14:49

Essai réussi..maintenant, me faut me faire dépanner..plus d'ordi, plus de télé orange, plus de téléphone fixe...j'suis sûr que c'est la faute de la fibre

Julie 14/04/2021 14:47

Essai..panne ordinateur.....praline, je fais mon essai chez toi, ne pouvant le mettre ailleurs....

Fabie 12/04/2021 18:32

Bien trouvé Julie, en plus tu donnes au Goût et à la lumière de ses jours un but de balade. Ici, nous avons un vent terrible depuis plusieurs jours, cela ne donne pas envie de sortir ! Bises dromoises.

heure-bleue 12/04/2021 18:23

Je ne connais pas Moinet mais j'irai y faire un tour, on peut encore se promener dans Paris a la condition de boire au retour pas en partant.

le-gout-des-autres 12/04/2021 13:10

Bien vu Juliette !
Comme tout le monde, je connaissais Berthillon et ses glaces.
Hélas, comme beaucoup, j'ignorais l'existence de Moinet et encore plus qu'il venait de Vichy (dont je ne connais que les pastilles, le gouvernement pendant l'Occupation et la célèbre Juliette qui nous en fait la publicité et nous en vante les qualités innombrables.
Bref, j'ai beaucoup aimé ton voyage sur l'île Saint Louis.