Devoir du lundi : retrouvailles

Publié le par Julie

Mais que diable vient-elle d’apprendre ?
Cette toile qu’on pourrait croire de Hopper si cette impression de joie ne venait assurer qu’il ne pouvait avoir peinte vous inspire-t-elle ?
Si oui, il faudrait que vous y glissiez les mots :
- Amour.
- Sandwich.
- Lèvres.
- Téléphone.
- Besoin.
- Tournevis.
- Caleçon.
- Seins.
- Gare.
- Cheveux.
- Toilettes.

Juliette trépignait d'impatience sur le quai de la gare de Lyon - oui, il fut un temps où les trains auvergnats arrivaient en gare de Lyon et non en gare de Bercy - Le train avait 2 heures de retard. Son sandwich avalé vite fait était déjà loin. Elle trépignait d'impatience. Les hauts parleurs avaient parlé d'un retard, sans en dire la cause.

"Pourvu qu'il n'ait pas raté son train. Au téléphone, son patron m'a bien dit qu'il avait demandé sa journée et m'avait bien fait remarquer d'un ton peu aimable que c'était sûrement à cause de moi".

Enfin, le train entra en gare. Les passagers se mirent à défiler devant Juliette. Bientôt, il ne resta plus personne sur le quai. "mon dieu, il a dû rater son train". Toute triste, elle allait rebrousser chemin, quand une silhouette connue émergea dan le lointain avec un bouquet de fleurs à la main.

Juliette se précipita et sauta au cou de son chéri. Leurs lèvres restèrent collées un bon moment.

- arrête, je n'arrive plus à respirer, tu me comprimes les seins - comme je suis pudique, je n'en dirai pas plus - 

Elle s'éloigna de lui et le questionna :

- qu'est-il arrivé à ton train pour qu'il ait eu autant de retard ?

- un cinglé est sorti des toilettes, en caleçon, en brandissant un tournevis qu'il a mis sous la gorge d'une femme. Il a demandé à ce qu'on arrête le train en pleine campagne, voulant rejoindre des révolutionnaires. Le contrôleur est arrivé, a parlementé pendant une heure avec lui, le temps que la police intervienne. Un policier est arrivé derrière lui et l'a tiré par les cheveux. De surprise, il a lâché son tournevis, ce qui a permis aux autres flics de lui sauter sur le paletot. 

- mon amour, tu as dû avoir peur ?

- Oh, juste un peu, mais, avec les cinglés, on ne sait jamais. Il faisait presque pitié avec son caleçon avec la photo du Che devant. Il hurlait "vous verrez quand le Che le saura, il vous tuera tous". Je suppose qu'il va retourner probablement dans l'asile où il a dû s'échapper. Tiens, pour toi ces fleurs pour fêter nos retrouvailles.

La suite est censurée et pis vu qu'il n'y a plus de mots dont j'ai besoin pour faire le devoir du Goût, vous n'en saurez pas plus.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
S
C'était un jour habituel pour Aline, elle allait, comme tous les jeudis, retrouver son amant, son amour, elle en avait besoin.

Elle avait pris le train pour le retrouver clandestinement, comme d'habitude, et se refaisait une beauté dans les toilettes de la gare. Elle avait déjeuné d'un sandwich au wagon restaurant et remettait ses cheveux en arrière, après s'être remis un peu de rouge à lèvres.

Un ouvrier de maintenance pendu au téléphone, réparait un néon avec un tournevis et cela la contrariait. L'homme faisait durer la réparation et regardait ostensiblement ses seins. Pour oublier ce type bizarre, elle pensait à Jean, son amant qu'elle rejoignait sous un faux prétexte professionnel et s'imaginait déjà lui retirer son caleçon, à l'hotel du globe…

Jean apparut dans la salle des pas perdus et elle se jeta dans ses bras.
Répondre
S
au moins l'utilisation du tournevis est plus rationnelle... ah ah ah
J
Et bien, voilà un texte bien troussé. Tu aurais pu participer à nos petits délires du lundi. Et oui, les vieux, ça retombe en enfance et ça rêve d'un temps qui fait partie de nos souvenirs.
B
Hello Juju

Me (nous) voici de retour du séjour en Suisse et en Italie. Nous avons eu du beau temps tout le long du voyage. Ce n’est pas le plus beau des voyages, mais j’aurais des endroits intéressants à faire découvrir tout de même. J’espère que pendant cette absence, tout s’est bien passé de ton coté. Pas mal de choses à faire aujourd’hui et surtout arroser le jardin qui est très sec, car la pluie n’a pas voulu se charger de nourrir les fleurs et les plantes. Il faut aussi que je m’informe sur le covid car en Suisse apparement le virus n’est pas aussi virulent qu’en France. Pas de port de masque obligatoire ni à l’extérieur, ni dans les commerces, bars, restaurants ou hôtels. Seul les transports (bus et train) l’exigeaient. Apparement en Suisse, ils ont des frontières moins perméables que les nôtres ? Je te souhaite une bonne semaine
Bizz
Pat
Répondre
C
Bigre, il fut un temps où les révolutionnaires étaient de beaux guerilleros aux yeux de braise qui faisaient rêver... Les temps changent...
•.¸¸.•*`*•.¸¸☆
Répondre
G
Le Che a été mis à toutes les sauces, et je ne serais pas surprise qu'il figure vraiment sur des caleçons !
Répondre
J
C'est vrai que la tête du Che, on la voit partout. Alors, pourquoi pas sur des caleçons, comme tu dis...
A
Amusante et inventive ton histoire !
Il me reste à trouver un caleçon à l'effigie du Che que je retrouve le goût de l'aventure
Répondre
S
Vos désirs sont des ordres...
Je suis pété de rire : ça existe un calbute du "che" !

https://s1.rockagogostatic.com/ref/cal/cal41/boxer-full-up-marque-sous-vetements-calecon-che-guevara-pr.jpg
E
Pauvre fou! Mais c'est ta dernière phrase qui m'a amusée!
Répondre
U
Julie elle est sympa ton histoire mais dommage que tu aies censuré certains passages.....
Répondre
P
Ah, le Che... min de fer ;-) !
Répondre
S
Hello Juju,

Trop fort, le cinglé au tournevis... mais où vas-tu chercher tout çà ?

Car je suis sur que la suite censurée ne doit pas être triste non plus...

Bizz et bonne fin de journée.

Gilles
Répondre
A
ah oui les voyages en train, ça fait rencontrer du monde :-)
Répondre
H
Si en plus tu pratiques la censure, on peut deviner la suite.
Répondre
L
Bravo !
Tu m'as bien fait rire !
Tu as la veine érotico-révolutionnaire ce matin !
Répondre
F
Bravo pour le cinglé, j'ai bien ri !
Répondre