Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Cearriveenfrance

Cearriveenfrance

blog à la fois humoristique, satirique, sans oublier mes coups de gueule.

Le devoir du lundi de Lakevio

Longtemps je me suis couchée de bonne heure... enfin, quand je dis longtemps, je parle de quand j'étais jeune.

Ma mère, voulant se débarrasser de nous - ouais, toute une flopée de mioches - pour être tranquille, nous envoyait au lit, presque en même temps que les poules.

Mais, va donc trouver le sommeil, quand tu sais que, dehors, il fait encore jour ! Nous dormions deux par deux dans 2 lits. Ca faisait donc 4 enfants qui n'avaient pas du tout envie de dormir.

Nous chahutions, nous nous racontions des histoires. Parfois, ça dégénérait et nous nous bagarrions avec nos polochons.

Bien-sûr, ce qui devait arriver immanquablement, c'est notre mère, surgissant d'une façon tonitruante dans la chambre, armée du martinet ou de l'oussine. Ca tombait de tous côtés. Malheur à celui qui ne savait pas éviter les coups.

Ca avait le don de refroidir nos ardeurs. Ceux qui étaient dans le même lit se cachaient sous les draps et se racontaient quelques dernières histoires, tout en maudissant notre mère et sa façon énergique de nous calmer - me demande bien ce que nous pouvions nous raconter, je n'en ai plus aucun souvenir -

Parfois, n'arrivant pas à trouver le sommeil, je me levais en catimini dans la nuit et allais m'asseoir sur les marches de l'escalier, surtout quand la lune brillait... et je rêvassais.

La lune et le ciel ont toujours enchanté mes nuits d'insomnie et arrivaient à chasser mes angoisses.

Je me demandais s'il y avait des habitants tout là-haut, si les paysages que la lune nous renvoyait, étaient des lacs ou des montagnes, si un autre petit lunaire se trouvait, comme moi, au même moment, assis quelque part, regardant aussi la terre en se posant les mêmes questions - nous étions encore loin du 20 juillet 1969, où Neil Amstrong y posait son pied  -

Par la suite, je suis devenue une couche-tard, voir très tard.

Je n'ai jamais eu un sommeil de bébé, du plus loin que je me souvienne. Maintenant, je crois que c'est encore pire. La nuit, soit j'écoute la radio, souvent dirai-je même, soit je ressasse tous mes malheurs, soit, si j'arrive à sommeiller, je me réveille en sursaut, le cerveau envahi de cauchemars.

Je dirai même que j'appréhende la venue de la nuit. N'était mes balades nocturnes, je me demande si je n'aurais pas fini à l'asile ou dans une profonde dépression. Faut dire que le manque de sommeil te gâche la journée entière. Paraît que les gens qui dorment peu, perdent des mois ou des années de vie ou sont atteints plus que les autres de l'Alzeimer.

Bref, je ne raconte pas les dernières raisons qui me font fuir la nuit.

Cependant, j'envie ceux qui se lèvent tôt, qui profitent du lever du soleil, de la sérénité du petit matin.

Comment je le sais ?

Oh, il m'est arrivé de temps en temps de me lever aux aurores et de ressentir les bienfaits du lever du jour.

Tiens, comme lorsque nous partions en vacances et nous levions très tôt. On a l'impression que le monde nous appartient.

Comme lorsque nous allons chez ma mère et que je demande à mon mari de s'arrêter au bord d'une route - oui, c'est lui qui conduit toujours, monsieur dit qu'il est malade s'il ne conduit pas - pour que je puisse immortaliser l'instant présent, la brume flottant au dessus des prés, face à la chaine des puys. Dommage, manquent quelques chevreuils ou biches dans le pré. Sinon, la photo eusse été parfaite et aurait pu participer à un concours animalier. Mais, pour cela, encore me faudrait-il me lever plusieurs matins de suite aux aurores. Il m'est arrivé d'en croiser souvent la nuit, mais va donc flasher les bêbêtes surgissant dans la nuit et disparaissant d'un bond dans un sous-bois.

Quand j'étais enfant, peinant à dormir, j'attendais avec impatience le chant du coq.  Ne sachant pas l'heure, je savais que nous approchions du petit matin. Là, la peur et mes angoisses envolées, j'arrivais à m'endormir pour 2 ou 3 heures, enfin apaisée. Faut dire que, lorsque j'étais enfant, quand notre père était à l'hôpital, il arrivait que d'étranges personnages rôdent autour de la maison. Un jour même, j'ai vu un visage collé à la vitre, les volets n'étant pas fermés - me demande d'ailleurs pourquoi on ne fermait pas les volets quand notre père n'était pas là - et essayer de regarder à l'intérieur. J'avais chuchoté à un de mes frères qui ne dormait pas non plus : " tu dors, t'as vu, y'a quelqu'un à la fenêtre ?"..."oui, j'ai vu, chut, ne dis rien, cache toi sous les draps". Je n'ai jamais oublié ce moment. Je l'avais dit à ma mère au petit matin. Elle avait répondu "oui, j'ai entendu, le chien a aboyé". Me demande même, si ce n'est pas ce matin-là qu'on a retrouvé notre chien en train d'agoniser, empoisonné.

Comment voulez-vous après ça trouver le sommeil et ne pas faire de cauchemars votre vie durant !

Ma mère, par contre, est une lève-tôt, voir très lève-tôt, et l'a toujours été, du plus loin que je me souvienne...Encore l'été dernier, quand il faisait très chaud l'après-midi, elle se levait aux aurores et partait arracher ses patates dans la fraîcheur du petit matin "sans rien demander à personne qu'elle disait". N'oublions pas qu'elle vient de fêter ses 90 ans.

Bon, maintenant, à partir de 10h, il ne faut plus rien lui demander. Après tout... Peut-être a -t-elle un peu raison ?

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Fabie 12/09/2017 18:01

Pas participé, le lit m'invoquant dans un premier temps la maladie.
Maintenant avec ton texte, ce n'est pas mieux...
Peut être que je ferai un jour un article, mais ce ne serait pas très gai !
Le lit, j'étais contente de me coucher, après avoir reçu des coups (que ma mère soignait avec de l'arnica), et après avoir copié entre 500 à 1000 fois des mots que j'avais mal orthographié.
Il était donc en général aux environs de minuit...
Après est venu le temps des attouchements, où je guettais chaque bruit, terrorisée...
Bref, pas plus "rose" que chez toi...
Bisous drômois

Julie 14/09/2017 10:13

Je te comprends Fabie. Et, j'ai remercié dieu plus d'une fois, d'avoir évité ce que tu as subi. On se remet de coups de trique, mais ce que tu as subi, non...Bon, la prochaine fois, le sujet de Lakevio sera peut-être plus gai. Bises

emiliacelina 12/09/2017 13:51

je te crois qu'elle a raison ! J'aime bien ta note même si elle n'est pas vraiment joyeuse. Et tes photos d'illustration collent bien au texte. Le mec qui regardait à la fenêtre brrrrr!

Eve 12/09/2017 00:28

comme elle était dure ta mère, heureusement que vous étiez une fratrie bien collée serrée , seule ça aurait été intenable, quoique si elle était ainsi , il y a plusieurs raisons, élevée pareille, trop d'enfants , etc ....
je comprends que tu avais besoin de t'évader par le rêve, mais hélas les cauchemars ne demande pas la permission de venir , ils s'installent -
très bon récit de ton enfance -
je n'ai aucun souvenir de mes nuits d'enfance, aucun , aucun -
des nuits mouvementée de cauchemars sont arrivés très tard vers 16 ans quand je travaillais , des toiles d'araignées autour de moi , des énormes araignées qui passaient sous les portes , des labyrinthes dont je ne me sortais jamais - ça a duré des années !!! je suis une couche tard - une lève tôt sauf dans mes années dépressives il y a 30 ans - bisous

Angelilie 11/09/2017 18:27

un beau blog. un plaisir de venir flâner sur vos pages. une belle découverte et un enchantement.N'hésitez pas à venir visiter mon blog (lien sur pseudo) au plaisir

Gwen 11/09/2017 15:45

Tu as été élevée à la dure et cela fait mal de savoir qu'une mère se débarrassait de ses enfants en les envoyant au lit comme des poules. Peut-être était-elle malheureuse ? En avez-vous parlé depuis ?

Rose63 11/09/2017 14:24

Un très beau texte
Tu as été élevée à la baguette , de nos jours ça ferait pas de mal à certains gamins insupportablement capricieux , remarque maintenant les enfants ont ce qu'il faut pour se brouiller l'esprit seuls dans leur chambre avec l'électronique qui les rend un peu ahuris
De jolies photos à l'appui
Pour tout bravo

Adrienne 11/09/2017 14:12

je reconnais cette angoisse face au problème, se coucher en se disant à l'avance: combien de temps ça va encore durer avant que je réussisse à m'endormir?
et en même temps déjà stresser doublement, parce que se mettre au lit avec cette idée-là ne favorise évidemment pas la venue du sommeil ;-)
depuis toujours, je me raconte des histoires (à l'eau de rose LOL) ça m'aide à mettre mon esprit en mode "veille" ;-)

biker06 11/09/2017 13:54

Hello juju
Me voici revenu de mes vacances italiennes qui se sont très bien passées et qui sont comme toujours, bien entendu trop courte ! Pleins de photos à trier et des articles à venir sur une region (Toscane) magnifique. Mais avant de faire cela, et comme d’habitude à chaque absence prolongé, il y a plein de travaux à faire à la maison et au jardin.
Je te souhaite une bonne semaine
bizz
Pat

heure-bleue 11/09/2017 12:30

C'est une histoire vraie que tu racontes.
Je n'ai pas un bon sommeil mais à côté de la sœur, la plus jeune, je dors bien.
Pour trouver le sommeil petite, je me racontais des histoires.