Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Cearriveenfrance

Cearriveenfrance

blog à la fois humoristique, satirique, sans oublier mes coups de gueule.

Pique-nique géant à Vichy

Ce n'est pas le tout de vous allécher avec un article, de vouloir imiter Hitchcock, maintenant, faudrait peut-être que je vous raconte la suite et la fin de "mon polar".

J'ai bien un autre sujet sous la manche qui me démange ; parler des paysans, après "mes" obsèques d'hier, mais, ça attendra bien quelques jours.

Une histoire, avec un début, sans fin, n'est pas digne d'un "écrivain du dimanche".

Au fait, il existe bien un film "un jour sans fin" ?

Bref, pour en revenir à mes héros ordinaires, hier, après avoir parlé avec la mort, celle-ci m'a dit où je pourrais les trouver. Elle avait eu son comptant de morts pour quelques jours, conséquence de la canicule, et m'a annoncée une bonne nouvelle, ce qui, vous me direz, est quand même "fort de café" venant d'elle.

Bref, elle a croisé mes villageois dans les parcs de Vichy, au pique-nique géant annuel - nappes en carreau Vichy, tables, chaises, orchestre, eau, étant offert par la ville, excusez du peu - Un succès toujours plus grand chaque année. Là, un millier de personnes qui avaient apporté leur pique-nique.

Ca vous en bouche un coin, hein !

Vous vous attendiez à quelque chose de plus glauque, non ! 

Un instant, elle (la mort, des fois que vous ne suiviez pas) avait eu envie de venir y faire un tour, histoire de rappeler au monde entier qu'elle pouvait apparaître, là on l'attend le moins ; oui, même dans nos contrées provinciales.

Heureusement, il faisait beau, la canicule s'était enfin estompée, le vent bruissait doucement dans les arbres,

un orchestre jouait de la musique pour "vieux", valses, tangos, rumbas, twists, slows....sans dédaigner toutefois la musique "d'jeune".

La faucheuse s'était rappelée, qu'elle-même, à une autre époque, avait guinché dans ces mêmes parcs, au son des flonflons du musette au siècle dernier.

Et pis, autre obstacle de taille, la police municipale veillait ; certes, pas très active, rassurée par la bonne humeur ambiante. Les agents municipaux étaient, qui, accoudés aux barrières, papotant gentiment avec les passants, qui, se reposant dans la voiture, téléphone collé aux oreilles. Qui pourrait imaginer dans ces lieux paisibles que l'impensable pourrait arriver ! Hélas, nous ne sommes pas dans la tête des tordus.

Ce ne sont pas les malheureux plots installés qui auraient arrêté la mort si elle avait voulu faire un carnage. Une petite appréhension, désormais, nous titillera toujours le cerveau.

Mais, il faut bien continuer à vivre, n'est-ce pas !

Retrouvons donc Louise, Suzanne, Monique, Marcel sur la piste de danse. Ne me demandez pas où elles sont, je ne vous le dirai pas. Vichy plait aux retraités, sans pour autant dédaigner les jeunes ; au contraire. La preuve, à chaque fois, il y en a pour tout le monde.

Nous avons aussi une Université dans notre petite ville d'à peine 30 00 âmes. Et ouais ! Et, bientôt, dans ce coin-là, où ça danse, il y aura une belle école de kinés, avec des logements, un supermarché...

 

 

 

 

 

 

Pendant que les ancêtres dansaient - je suis toujours autant épatée par leur résistance à enchaîner danse sur danse -

 

 

 

 

 

 

 

les enfants s'amusaient dans les structures gonflages de Kizou aventures.

Vous voyez, personne n'est oublié. Vichy, paradis pour vieux, paradis pour les athlètes, pour les enfants, pour les réfugiés. Et ben ouais, y'en a aussi chez nous.

Même les canards, après avoir dansé leur danse, prenaient un peu de repos au bord de l'eau.

 

Amusez vous donc aussi, la mort viendra bien assez tôt frapper à notre porte.

Hier donc, j'ai assisté aux obsèques d'un homme de l'âge de mon mari, le frère de ma belle-soeur, avec qui j'avais guinché dans les bals, bien rigolé, qui était à mon mariage le "cavalier" d'une de mes sœurs ; même que mon frère ainé avait essayé de jouer les entremetteurs - sans succès - Cet homme avait d'innombrables amis -  oh ! le nombre de paysans hier, des centaines.. J'en reparlerai...peut-être... car, avec moi, le peut-être est loin d'être sûr - Hier, ils m'ont tous ému, défilant très nombreux devant le cercueil, certains se séchant les yeux ; tellement d'hommes ! A les voir, j'ai eu l'impression que nous assistions à un enterrement gigantesque, à leur enterrement à tous...des centaines de voitures au bord de la route, dans un champ. J'ai eu l'impression de revoir les fameuses kermesses d'il y a 50 ans. D...aurait été content.

Bref, pour l'instant, dansons.

Ah oui, je ne vous ai pas non plus raconté ma rentrée hier soir, sous un gros orage. C'est bizarre, en traversant Jaligny, le pays du Glaude et de la Denrée, je me suis arrêtée à côté de la gendarmerie, en attendant que ça passe (sais même pas s'il y en a encore une d'ailleurs, mais la pancarte est toujours là). Comme si je voulais me mettre sous leur protection, me disant que si l'orage redoublait, je me réfugierais chez eux. Quand je pense qu'on ferme de plus en plus de gendarmeries et qu'on abandonne les gens à leur triste sort. Bandes de nazes, ces politiques, qui jouent avec notre fric et ne nous demandent jamais notre avis quand il s'agit de garder ouvertes certaines administrations. Ce n'est pas parce que nous les avons élus (bon, à preuve du contraire, moi, je n'ai pas voté pour les derniers), qu'ils doivent faire du grand n'importe quoi. A vu ce que ça lui a coûté le dernier. D'accord, il nous a ramené son dauphin. Là, je crois que nous avons décroché le pompon. Tiens, à propos de pompon, si je vous racontais les manèges de mon enfance et le manège à pompon de Gaby dimanche ! Non, pas tout à la fois.

Sur ce, mon mari et moi vous saluons bien et vous disons "bonnes soldes", le mari étant retourné travailler. Il répète chaque année "c'est la dernière"...et il continue. Il dit que c'est pour rendre service à sa "collègue". Mais, j'ai bien entendu son ton lundi soir, sa voix toute gentillette, doucereuse - il l'a appelée pour lui demander si elle pouvait passer le prendre à domicile, madame (moi) étant partie à des obsèques - Mon mari, c'est tout dans le ton, suivant qu'il aime ou non les gens. Son fils ainé le lui a d'ailleurs une fois vertement reproché -  Moi-aussi, ça m'arrive. Me demande si je dois m'inquiéter. A votre avis ! La dame est une fort belle femme...comme...peut-être....la future acheteuse de notre maison. Mais, ça, c'est une autre histoire qui s'annonce, palpitante, angoissante, stressante...si ça se fait...J'ai presque envie de vous en faire le feuilleton de l'été.....si...

Zut, un gros orage arrive...et j'aime pas être seule.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

ang/colombine 04/07/2017 22:30

rien que de te lire, ça me donne envie d'être là bas...mais cette année je devrai patienter

ulysse 01/07/2017 22:24

Julie puis je te poser une question indiscrète : les pique-nique à Vichy sont ils accompagnés de l'eau du même nom ?

julie 02/07/2017 11:22

Tout à fait Ulysse ;de l'eau pétillante et de l'eau plate. On fait les choses bien à Vichy...Bon, pas de vin de St Pourçain, on ne peut tout avoir. J'aurais pu mettre la photo de la source des Célestins, tout à côté..

Fabie 01/07/2017 21:56

Superbe ta nouvelle présentation !

julie 02/07/2017 11:25

Par contre, je ne comprends pas pourquoi, pour voir les liens des autres blogueurs, il faut ouvrir un article.

julie 02/07/2017 11:22

Je fais des essais..

biker06 01/07/2017 09:01

Hello Juju
Impressionnante la police municipale pour la sécurité de picnic ! Il y a le film un jour sans fin, mais en France il y a la politique qui est sans fin et sans issue.... Bon Allez , je te souhaite un bon week end.
bizz
Pat

julie 02/07/2017 11:24

Tout à fait impressionnante, tu as raison. S'il se passait quelque chose, on n'en ferait qu'une bouchée de pain. C'est triste d'être obligé d'en arriver là. Je ne sais même pas si le feu d'artifice du 14 juillet et du 15 août auront lieu. Au fait, celui de Nice, tu sais s'il se fera ?

lakevio 30/06/2017 11:50

Une belle initiative de Vichy que ce déjeuner d'été ! Il a du succès !
Une chose m'a énormément touchée dans ce que tu dis de l’enterrement d'un ami. Dire adieu à un ami, c'est vraiment "l'enterrement de tous". Parce qu'en disant adieu, on dit adieu à sa jeunesse, aux heures et souvenirs de ces heures partagés avec lui.
Bon courage pour les orages. je les adore ! Bruyants, lumineux, tonitruants... comme en Auvergne !

julie 30/06/2017 12:57

Une chose m'a énormément touchée dans ce que tu dis de l’enterrement d'un ami. Dire adieu à un ami, c'est vraiment "l'enterrement de tous". Parce qu'en disant adieu, on dit adieu à sa jeunesse, aux heures et souvenirs de ces heures partagés avec lui.

Oh, zut, ma longue réponse à tes mots au dessus, s'est envolée. Je ne l'avais pas sauvegardée. Je ne recommence pas, mon travailleur de mari arrivant. Je vais, si j'ai le temps, y répondre cet après-midi en rendant hommage en même temps à nos derniers paysans, à notre jeunesse disparue à jamais, à nos souvenirs. D'autant plus qu'il faut, si nous déménageons dans quelques temps, faire le tri des papiers, des lettres, des souvenirs...Hier, j'ai passé mon après-midi à relire toutes les lettres que j'avais envoyé à mon mari (je n'ai pas fini, je n'en suis qu'à la moitié et je n'ai pas relu celles de mon mari. Tiens, encore un sujet à débattre. Doit-on garder ou non Nos lettres d'amour ? Certains les gardent, d'autres les déchirent et les jettent. Encore une question à vous poser.
Je me dis que ce n'est pas possible, que ça ne peut être moi, cette gamine de 17 ans et demi, cette écervelée, cet être immature qui a pu écrire de tels mots....
Merci de m'avoir comprise..

Fabie 29/06/2017 17:51

Ah Juliette l'impatiente ;)
Nous revenons de garde d'enfant, alors tu vois on vient quand même te voir !
En plus tu es seule sans ton mari alors tu nous attends avec impatience...
Je suis maintenant inquiète pour tous ces festivals d'été, où mon fils (le voyageur) aime aller, comment sécuriser ces lieux où tant de jeunes se côtoient ?
Je ne dans plus depuis le lymphœdème, je préserve mon bras, à moins d'un slow où je le mets sur l'épaule de Zhom.
Nous venons de traverser un orage, nous aussi, à s'arrêter au bord de la route, tellement on n'y voyait rien!
Bisous Juliette

julie 30/06/2017 12:13

Ah Juliette l'impatiente
Tu sais ce que je pense quand je ne vois aucun commentaire ? C'est que mon article n'a pas plu, que je me suis décarcassée pour rien. Là, en plus, overblog a apporté des modifications, il m'a fallu tatillonner longtemps pour trouver comment mettre des photos à la bonne taille..
Quand un article ne plait pas, c'est comme une mauvaise herbe, j'arrache sans état d'âme.
C'est vrai que lorsque mon mari n'est pas là, que je n'ai pas de voiture pour sortir, ne prenant jamais le bus qui, de toute façon, n'est jamais à la bonne heure pour moi, que le silence est total dans le quartier, enfants à l'école, vieux enfermés ou partis je ne sais où, jeunes partis au boulot, mari pas là, j'aime 5 minutes, mais ensuite, il me faut à nouveau de la vie. Tiens, c'est aussi pour ça que je veux partir de mon coin. Trop de changements, trop de silence, trop de "vieux", trop d'indifférence, trop de repli sur soi. Notre voisine la plus proche vient de vendre sa maison et est partie comme une voleuse sans nous dire au revoir. Je sais bien que c'était la discrétion même, mais quand même. Et, à chaque fois, ça s'est passé comme ça, les gens partent en catimini....ou meurent.

Les paysans doivent être contents. Ils voulaient de la pluie, là, ils en ont tout leur soûl.
J'ai bien envie de leur rendre hommage. Ca remue les tripes (tiens, même ma mère avait les larmes aux yeux, c'est dire !) de voir cette foule d'hommes défilant dans un silence total devant un cercueil.

Eve 29/06/2017 17:31

je travaillais dehors , donc je n'ai pas eu le temps de venir , viens m'aider je serais plus longtemps sur internet !!!! j'ai encore plein à faire , et si je ne bouscule pas mon mari , il ne fait rien !!! :( et aujourd'hui il pleut , alors téléphone avec 2 copines et , maintenant avec toi.
Super ce grand repas pour ceux qui aiment , rencontres assurées de tous les milieux , samedi il y a un repas sur St Brieuc RV en tenue blanche et lieu inconnu . donc tes 4 mamies étaient à ce repas à Vichy .
Ça te dirait d'y aller au repas ????? moi non - mais qu'est ce que j'aimerai aller danser !!! et pffff mon mari n'aime pas !!! nous ne sommes pas sur la même onde !!
tu parlais de barrières de sécurité , d'attentats , de prudence , je regardais la télé hier soir sur D8 , c'était sur Nice et la façon dont le salaud d'islamiste s'y est pris , quelle imprudence de la ville , de l'état, maintenant ils mettent de plus en plus des voitures ou camions en travers, ça peut aider jusqu'au jour où il y aura quelqu'un qui dissimulera une kalach ou une bombe sous une burka ou un niqab et que ça fera un nouveau carnage .
Des centaines de voitures à l'enterrement , ???? moi il n'y aura personne , je ne veux pas d' hypocrites-
Il pleut à torrents à l'instant , ça va arroser le jardin , remplir nos bassins.
ne nous quittes pas
Je t'écrirais
Des phrases sensées
Que tu comprendras,
ne nous quitte pas
je te répondrais ,
en retard c'est certain
mais répondrais
mais laisse moi le temps
bises ( la pluie s'est arrêtée je vais DEHORS !!)

julie 30/06/2017 11:54

Faut que je te mette aussi un petit mot. J'ai vu ton magnifique jardin. Et, je l'avoue humblement, je n'ai pas mis tout de suite un mot pour te dire tout le bien que j'en pensais. Comme Fabie, comme toi, comme d'autres, je ne le fais pas forcément tout de suite. Parfois même plusieurs jours après, quand on sait que la ou le blogueur n'écrivent pas tous les jours. Je vais faire mon acte de contrition "c'est ma faute, c'est ma très grande faute". Amen..
Bon, quant à t'aider, ne compte pas trop sur moi. Déjà que j'aide guère ma mère dans son jardin et n'aide pas du tout mon mari (mais chez nous, ça se comprend, on se battrait pour arracher une mauvaise herbe. Chez ma mère, je passe l'aspi, fait la poussière, nettoie un peu, mais de jardin, point ou alors juste enlever quelques fleurs fanées.
Tiens, je relève ta phrase "je ne veux pas d'hypocrites à mon enterrement"...J'ai relevé ta phrase et ai envie d'en faire un article à la gloire du monde paysans. Point d' hypocrisie chez eux, juste un hommage à un gars d'chez eux, un hommage à un mec comme eux qui a trimé dur toute sa vie, un des derniers représentants d'un monde qui meurt..

Rose63 29/06/2017 17:05

Mais c'est superbe tout ce que tu nous dis et en plus tes photos m'ont fait penser à nos grands repas dans ma campagne autrefois, tout cela ne se fait plus depuis que les gens de la ville transforment nos campagne en dortoir et qu'ils n'aime pas les coqs qui chantent et les cloches qui sonnent , pauvre sera l'avenir quand les poules auront des dents et qu'elle piqueront le cul des collet montés :)
Pardon, je divague il y a des villageois qui savent encore rire :)
Bise et @ bientôt

julie 30/06/2017 11:45

C'est vrai quand j'entends parler de procès. Tiens, encore un, il y a peu, à cause des vaches qu'un nouvel arrivé a fait un procès à son voisin paysan. Il voudrait faire détruire les bâtiments. Comble de la connerie, il a gagné le procès. Les meuglements des vaches et les mouches gênaient ces gens. Une ferme qui existait avant leur venue, tu te rends compte ? C'est dire comme on peut faire confiance en la justice. M'étonne pas que je me méfie d'elle de plus en plus.

Praline 29/06/2017 13:24

Mais non Juju, faut pas bloquer, tu sais des fois on ne passe pas tout de suite... qui pourrait t'oublier ?! Tu nous ferais de la peine. J'ai déjà eu de la peine de voir disparaître Armelle, alors non pas toi maintenant !
A Dompierre, le cinéma s'appelle "René Fallet".
Moi aussi j'ai remis une petite laine, c'est dingue ces différences. Bisous

julie 30/06/2017 11:41

J'ai vu chez HB qu'Armelle était revenue. J'en ai vite profité pour lire ses derniers articles, des fois qu'elle se refasse la malle. Je m'en vais quand même moins souvent qu'elle...

heure-bleue 29/06/2017 13:22

L'écrivain René Fallet, bien meilleur écrivain que "la soupe aux choux" le laisse penser était natif de Jaligny,.
Tu es née en Province, tu aimes ton coin, je suis née à Paris, j'aime ma ville.

julie 30/06/2017 11:40

C'est vrai que la Soupe aux choux n'est qu'un film gentillet.
La province n'est plus ce qu'elle était, Paris non plus. Si je te disais qu'hier après-midi, j'ai relu toutes les lettres que j'avais envoyé à mon mari quand j'y travaillais, lettres que je trie pour savoir celles qu'il faut garder ou non (j'ai bien envie de vous en mettre 1 ou 2 en ligne, histoire de montrer la vie à Paris à cette époque et mon sale caractère de l'époque..Et ben, je m'aperçois que la vie n'y était pas facile en 1972, encore plus pour une petite provinciale débarquant de sa cambrousse. Mais, moi, j'avais une sœur et un frère qui y habitaient. J'étais hébergée chez ma soeur..Bou, les disputes..Eux, en ont bavé quand ils y ont débarqué à 18 ans, seul (e), orphelins de père..

Praline 29/06/2017 10:52

C'est sympa ce pique-nique géant vichyssois et une très bonne idée.
Je crois savoir que peu de scènes de la soupe aux choux ont été tournées à Jaligny... le pays de la foire aux dindes :-)
Bises fraîches ce matin, ouf ça fait du bien !

Julie 29/06/2017 12:07

Merci Praline de ton passage. Tu as sauvé les commentaires, car, je venais pour tout bloquer..
En tout cas, scènes tournées ou pas à Jaligny, dans cette petite commune, ils ont créé le prix René Fallet, en hommage à la soupe aux choux. Jaligny est fier d'avoir "ses héros"... Jaligny a ses dindes et sa soupe aux choux..
Dis donc, j'ai presque froid. Il est plus facile de rajouter une pelure qu'enlever sa peau.
Bises