Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Cearriveenfrance

Cearriveenfrance

blog à la fois humoristique, satirique, sans oublier mes coups de gueule.

Le banc est vide.

photo prise chez ma belle-mère, l'été dernier, dernière fois où je l'ai vue vivante, et où, telles 2 lionnes que nous sommes, nous nous sommes affrontées. Elle était âgée, venant d'avoir 90 ans, mais avait encore un sacré tempérament.

photo prise chez ma belle-mère, l'été dernier, dernière fois où je l'ai vue vivante, et où, telles 2 lionnes que nous sommes, nous nous sommes affrontées. Elle était âgée, venant d'avoir 90 ans, mais avait encore un sacré tempérament.

Amour, bonheur....toxique et....mortel......Tel est le muguet.

 
 

C'est une jolie plante d'ornement. Il est toutefois conseillé d'ôter les fleurs fanées avant qu'elles ne fructifient, surtout quand des enfants sont susceptibles d'avoir accès au jardin. Les baies de muguet, arrivées à maturité ou non, ressemblent à de petits bonbons et sont très attrayantes mais très toxiques.

C'est une plante idéale pour un vase soliflore où son inflorescence délicate est mise en valeur. Néanmoins, la présence de muguet dans une pièce trop fermée est malsaine : elle provoque des maux de tête parfois importants. Autre phénomène perfide, l'eau du vase dans laquelle le muguet a trempé est rapidement contaminée et devient à son tour très toxique…

L'ingestion provoque des troubles digestifs constitués d'irritation de la bouche, de douleurs abdominales, de nausées, de vomissements, de diarrhées. Ensuite surviennent les troubles du rythme cardiaque accompagnés d'une accélération de la respiration. La mort est provoquée par arrêt cardiaque.

Je l'offre quand même à ma belle-mère, puisque celle-ci n'est plus. Elle aimait le muguet...tout comme moi. Elle aimait toutes les fleurs....tout comme moi. Elle était une lionne, tout comme moi. Avec un  caractère difficile....avouons le.....tout comme moi...Elle aimait beaucoup lire...tout comme moi, le même genre de lecture, tel Signol, tels les romans du terroir.  Elle m'avait dit qu'elle voudrait que j'hérite de tous ses livres, ne voulant pas qu'ils finissent dans une benne à ordures. Mais, comme je n'aime pas les couvertures et le papier de France Loisirs, livres dont elle était abonnée, et que j'ai perdu le goût de la lecture !!! Elle a arrêté de lire...tout comme moi, mais pas pour les mêmes raisons. Elle, c'est contrainte et forcée, étant en train de perdre la vue, pire pour elle que toutes ses autres souffrances...Moi ! chut, secret et défense. Je lui offrais souvent des livres et des fleurs, cadeaux de moi qui trouvaient grâce à ses yeux. 

Je crois que nos ressemblances s'arrêtaient là.

Paix à son âme. Malgré notre dernière brouille datant d'août dernier, j'ai eu un choc en apprenant son décès. Dieu, dans sa grande clémence, a décidé de la rappeler à lui, ne voulant pas lui faire subir ce qu'elle détestait par dessus tout, ce qui la terrifiait par dessus tout, finir sa triste vie dans un mouroir...ce qui lui pendait au nez, dès que l'hôpital n'aurait plus voulu d'elle, malgré tous les soins prodigués par son fils, sa belle-fille, sa fille et son gendre vivant sur place. Admirable le gendre qui l'a chouchoutée, bichonnée jusqu'au bout et dont elle ne pouvait se passer. Il en a fait bien plus que beaucoup d'enfants ne feront jamais pour leurs parents. Mon mari lui a d'ailleurs dit "jamais, je ne pourrais être aussi patient que toi".. Chaque matin et soir, dans la journée aussi, il venait lui préparer de bons petits plats pour lui redonner envie de manger, lui faire sa vaisselle, lui ouvrir et fermer ses volets.... Pourtant, il lui fallait 20 mn pour traverser la ville quand ça circulait bien. Toujours d'humeur égale, toujours avec le sourire aux lèvres. Je parle de mon beau-frère, pas de ma belle-mère, car, elle n'était pas facile à vivre, rabrouant sans cesse tout le monde, famille, femmes de ménage ou soignants. Lui faisait comme si elle était d'humeur égale, sans jamais se départir de sa bonne humeur. L'Elysée devrait lui décerner une médaille, qui serait certainement bien plus méritée que celles données à des "peoples" et à des Noms. Suffit que tu portes un nom connu, tu auras droit à ta médaille. Le petit peuple pourra avoir tout le mérite de la terre, jamais lui n'aura la reconnaissance des rois, des puissants, des riches.

Fin du banc, n'applaudissez surtout pas. Ceci n'est qu'un petit passage. J'ai tellement parlé souvent de ma belle-mère avec vous que je ne peux décemment que lui rendre un dernier hommage.

Le banc est vide.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :