Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Cearriveenfrance

Cearriveenfrance

blog à la fois humoristique, satirique, sans oublier mes coups de gueule.

Point commun entre Walkowiak et ma mère

Point commun entre Walkowiak et ma mèrePoint commun entre Walkowiak et ma mèrePoint commun entre Walkowiak et ma mère

Non, non, pas la mort en commun entre eux. Walkowiac n'est pas non plus mon grand-père, ni n'a connu ma mère.

Tout simplement l'année de naissance, 1927.

Ensuite le jour, 7 février. L'un est mort cette nuit, et l'autre fête ses 90 ans.

Mais, parlons tout d'abord de feu Walkowiak. Qui se souvient de lui ?

Demandez à mon mari, lui s'en souvient très bien, d'autant plus qu'il le connaît, qu'ils ont parlé souvent ensemble.

Walkowiak, pour ceux qui ne le sauraient pas, a été le vainqueur du Tour de France 1956, une victoire tronquée d'après les dires de nombreux canards, une victoire au rabais qu'ils ont dit ces charognards, sans se rendre compte qu'ils auront fait bien du mal à un homme sa vie durant, marqué à jamais - ceux-là, vaut mieux les voir finalement dans notre assiette, toujours aussi sympaths quand ce n'est pas "leur candidat" qui est en tête -

*****Roger Walkowiak, le plus ancien des lauréats du Tour de France dont il avait gagné l'édition 1956, est décédé à l'âge de 89 ans près de Vichy, a-t-on appris mardi matin auprès de sa famille.

"Walko" était le plus ancien vainqueur du Tour après le décès du Suisse Ferdi Kubler à la fin du mois de décembre. Il laisse cette place désormais à l'Espagnol Federico Bahamontes, qui a remporté le Tour 1959.

L'Auvergnat, longtemps emblème du cyclisme dans l'Allier, avait vu la relève arriver avec l'éclosion de Julian Alaphilippe, qui habite à Domérat près de la maison natale du vainqueur du Tour 1956.

Bien malgré lui, il avait eu son nom accolé à une expression ("un Tour à la Walko") censée désigner une course-loterie ou, à tout le moins, un vainqueur de deuxième ordre. C'était négliger les qualités de ce descendant d'immigrés polonais, né le 8 mars 1927 à Montluçon, honnête rouleur et bon grimpeur au point d'avoir menacé Louison Bobet dans les cols du Dauphiné.

"Un Tour à la Walko, cela voulait dire en réalité un Tour animé, riche en attaques, sans vraiment de leader", devait rectifier ensuite à plusieurs reprises ce coureur fin tacticien mais de caractère humble et modeste. En vain. L'histoire était déjà écrite à propos d'une course à laquelle participaient deux grimpeurs exceptionnels, le Luxembourgeois Charly Gaul et l'Espagnol Federico Bahamontès, le Belge Stan Ockers et le Français Raphaël Géminiani, à défaut de Bobet, le vainqueur des trois années précédentes.*****

Comme je vous le disais, mon mari l'aimait bien. Quand Walko venait à la boutique, avec mon mari, ils ne parlaient que cyclisme, d'autant plus que feu mon beau-père était un féru de cyclisme, ne parlait que cyclisme chez lui. Même ma belle-mère savait qui était Walkowiak. Même qu'un jour, mon mari a demandé à Walko un autographe, que mon mari, fier comme un gamin, avait envoyé à sa mère. 

Toute sa vie, Walko a gardé cette blessure, lui le descendant d'immigrés polonais, ancien ouvrier d'usine (tourneur) à Montluçon, qui a dû revenir travailler sur son tour après avoir gagné SON TOUR, vu comme à l'époque les sportifs gagnaient si peu. Pauvre petit coureur cycliste qui a dû quitter le professionnalisme, à cause de problèmes de santé. Il a tout de même eu une carrière professionnelle de 10 ans.

Même si, depuis quelques années, on a essayé de réhabiliter SON TOUR, pas facile pour lui d'oublier cette plaie, jamais complètement refermée.

****Si l'expression « un Tour à la Walkowiak » semble être rentrée dans les habitudes journalistiques ] pour désigner une victoire inattendue qui échappe aux favoris (essentiellement due aux circonstances et à la chance), la réalité de la victoire de Walkowiak en 1956 semble plus complexe. En effet, plusieurs observateurs de premier plan reconnaissent le mérite de Roger Walkowiak dans ce succès. Ainsi Pierre Chany écrivait ceci en 1983 dans le journal L'Équipe : « Depuis lors la rumeur a pris l'habitude de dire « Un Tour à la Walkowiak » pour exprimer l'idée d'une course invertébrée pour ne pas dire médiocre. Il s'agit là d'une interprétation très fantaisiste des faits, d'un détournement de vérité et disons-le d'un abus de confiance. »

Il complète plus loin, par :

« Il nous resterait le souvenir d'une course riche en rebondissements pour les Gaul, Bahamontès, Nencini, Debruyne, Bauvin, Ockers, Forestier et Poblet qui durent se contenter de satisfactions secondaires. Leur seule présence accréditait la qualité de ce que l'ignorance s'obstine à minimiser. »

Peu après la fin du Tour 1956, Antoine Blondin va dans le même sens, en écrivant à propos de Walkowiak : « Sa victoire régularise une situation de fait. "Walko" était le plus courageux, le plus constant, le mieux portant. »****

Je me souviens de ce petit couple. La femme de Walko le regardait avec une grande admiration. J'en ai gardé l'impression d'un couple très uni, très proche, très discret, modeste. Sa femme le laissait parler, faisait comme si c'était la première fois qu'elle entendait parler cyclisme.

Heureusement, aujourd'hui, dans l'Allier, particulièrement à Cusset, on lui a rendu hommage en donnant son nom à un stade d'initiation, unique en France. 

***Cette rencontre se déroulera sur notre site réservé aux activités du cyclisme unique en France avec entre autre son vélodrome d’initiation: l’Espace Cycliste Roger Walkowiak***

Une course à son nom a lieu aussi chaque année "la Roger Walkowiak". Au moins, il aura connu son petit succès sur la fin de sa vie. Savez-vous qu'on ne l'invitait jamais sur le Tour de France., quand on y invitait des peoples... Pendant des années, il ne voulait plus prononcer le nom du Tour de France, même pas avec sa femme. C'est dire comme la plaie était profonde.

Paix à son âme.

Quant à ma mère, elle a aujourd'hui 90 ans et attendait cet événement avec impatience. Aujourd'hui, une sœur et une belle-soeur vont lui faire la surprise de l'inviter au restaurant.

Demain, c'est le maire, son voisin, qui vient lui souhaiter à domicile son anniversaire avec d'autres voisins. Dimanche, elle a prévu un autre repas chez elle avec d'autres enfants. En mars, c'est avec le cloub de son village (comme elle prononce) qu'elle fêtera ça encore.

Et, pour la Pentecôte, ce sera la méga rencontre familiale, avec enfants, petits-enfants, arrières-petits enfants ;  50 membres. Ma mère a eu 9 enfants, 18 petits enfants, 23 arrières petits enfants....jusqu'ici, car les arrières petits enfants continuent à éclore.

On dirait une gamine qui attend cet événement avec impatience et qui attend ses cadeaux...cadeaux qu'elle n'aura pas, remis à la Pentecôte - Pourvu que ce ne soit pas les prémices de l'Alzeimer.

On préfère encore la voir rouspéter, nous "engueuler", nous commander encore à 90 ans, que voir devant nous une petite vieille rabougrie, gentillette, douce comme une oiselle, ce qui, forcément ne serait plus Elle. Mais, je vous avouerai que, par moment, elle est "chiante" de chez "chiante" et pénible à supporter. Quelques heures, ça va, ensuite, ça devient pénible de chez pénible.

Sûr qu'elle nous en a fait voir de toutes les couleurs, mais allez donc maintenant voler dans les plumes d'une petite vieille, qui a encore du répondant, soit dit en passant !  Petite vieille qui nous appelle tous les jours pour un oui, pour un non, s'ennuyant très fort dans sa cambrousse et ne pouvant assouvir sa passion, le jardinage -

 Heureux forfaits téléphoniques illimités qui permet de téléphoner à moindre coût ! 

Remarquez, vu à la vitesse où meurent les vieux en ce moment, ils ont raison d'être impatients.

D'ailleurs, mon cher oncle, le frère de ma mère, qui aura bientôt 94 ans, qui était hospitalisé à Ivry, est lui aussi dégoûté, car, maintenant, il va devoir freiner ses activités, réduire son temps de travail au bureau de la CFDT de sa ville. Rendez-vous compte, 2 jours avant son malaise cardiaque, il distribuait encore des tracts à Rungis, par - 8°, pour la protection de nos retraites. Là, il va aller quelques temps chez sa fille, mais espère fortement pouvoir retourner "au boulot" et reprendre sa vie de retraité très actif, secrétaire de la CFDT. Actif, faudra voir maintenant à lever le pied de la pédale. Plu au ciel de le garder encore longtemps en vie, le cerveau alerte, pour le bien de tous.

Bizarre, comme le frère et la sœur peuvent être si différents. Quoique, j'ai l'impression que, maintenant, ils sont plus proches l'un de l'autre, sont contents de se voir.

Normal, après tout, me direz-vous, quand vous voyez tous vos contemporains disparaître.

Bon, pour ma mère, j'en reparlerai sûrement..

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

biker06 08/02/2017 13:55

Hygrometrie......Oui je sais c'est encore un nom savant ! Bien sur les fleuristes ont une potion appelé crysal qui permet de garder le mimosa au moins 15 jours.... Si tu n'as pas cet ingrédients nécessaire, il faut au moins que tu remplisses ton vase d'eau tiède que tu remplaceras tous les jours. Il ne faudra pas le mettre dans une pièce ou ta température dépasse les 19° car ton mimosa est déjà fleuri. Ce n'est pas comme à la forcerie ou ils le mettent dans des chambres de 22° voire 25° pour le forcer....
Je n'ai jamais essayé, mais des personnes parlent de mettre un cachet alkaseltzer ? Je le ramasse pour ma mère et j'en ai autant que je veux...ça pousse sauvage à prolifération importante...
Je ne connais pas ton personnage, j'imagine que de son temps le vélo devait peser une tonne et pour ce booster, il prenait des plantes naturelles de sa grand mère et non pas les produits chimiques que tous les coureurs prennent aujourd'hui...
bizz
Pat

Praline 08/02/2017 13:18

Je ne connaissais pas ce cycliste, j'étais trop ch'tite, déjà que le tour de France ne me branche pas trop...
Bon anniversaire à ta Môman, quelle santé quand même !
Tu sais je comprends qu'elle s'ennuie si elle est isolée dans la campagne.
Bisous de pluie !

Eve 07/02/2017 22:42

90 ans , 94 ans , quel est le suivant ???, tu as une famille qui tient le choc, d'un côté c'est bien ,chez nous c'est la catastrophe , 30 ans qu'elle est partie la mienne -
ton oncle est un acharné du travail !!!
Bon anniversaire à ta mère !
je ne connaissais pas ce cycliste mon mari non plus ,
bisous

julie 08/02/2017 12:50

Tu sais, mon oncle est une exception, car, en principe, les hommes dans ma famille ne font pas de vieux os. J'ai un oncle qui est mort jeune, un frère à ma mère, 33 ans, mon père est mort à 42 ans, un autre oncle dans la soixantaine, un autre n'a guère dépassé les 70 ans. Tu vois ?..Mis à part cet oncle, il n'y a que les femmes qui sont mortes âgées. Ma grand-mère est morte à 96 ans. Et encore, à la suite d'une lourde opération. Ma grand-mère avait eu toute sa vie des problèmes à un genou qui a fini par lui coûter la vie. Et puis, elle a eu l'Alzeimer.. J'ai 2 tantes qui ont plus de 80 ans, mais ont aussi l'Alzeimer.
ps : parler de ta fille a dû apaiser un peu la souffrance.
Bises

Eve 08/02/2017 12:16

mon 94 ans voulait dire qui dans ta famille suit l'âge de ton oncle et ta mère ??? tu as bien une 3 éme personne âgée ??? ce n'est jamais arrivé chez nous - alors je suis heureuse pour les autres -
super on a du soleil ce matin ça ne durera peut être pas , mais ça fait du bien au moral et de plus je viens de parler de Paméla pendant 1 h avec sa cousine du même âge - bisous

julie 08/02/2017 11:44

Ouille, ouille, tu dis "94 ans"..Non, non, heureusement mon cher oncle de bientôt 94 ans est toujours en vie que je sache aux dernières nouvelles. Même que présentement, il a dû être rapatrié chez sa fille qui est "montée" le chercher sur Paris..
Oui, tu te rends compte, à bientôt 94 ans, il travaille encore. Et dire qu'il y a tant de chômage. Mais, pour ce travail-là, il n'est pas payé. Sais-tu que ma voisine, retraitée depuis un an, travaille aussi à plein temps. Au début, elle ne voulait faire que quelques heures (aide ménagère) et puis, on la réclame de plus en plus. A croire que les assos d'aide à la personne paient si mal qu'ils ne trouvent personne ou qu'il est difficile de trouver des gens sérieux. Je vois bien le défilé chez ma belle-mère...A chaque jour, une nouvelle aide ménagère. Rarement la même..
Bon courage à toi et à ta famille. Je sais qu'il vous en faut pour se relever d'un tel choc..
Bises

Fabie 07/02/2017 20:51

Je ne le connaissais pas, mais je n'étais pas née ;)
A un mois près il aurait eu 90 ans lui aussi...
Ta mère va être bien occupée durant les mois à venir, elle aura peut être moins le temps de téléphoner :)
C'est vrai qu'il vaut mieux qu'elle soit comme elle est "avec du caractère" à 90 ans, plutôt qu'en partie sourde, aveugle et sur une chaise roulante comme l'est ma marraine, elle qui a été si active jusqu'à 88 ans...
Bisous Juliette
PS : pas de mail pour nous dire que tu as écris un nouvel article !

julie 08/02/2017 11:37

Je te dirai que je ne le connaissais pas non plus, avant que mon mari ne m'en parle. Et puis, il habitait notre coin. Je me rappelle comme ce monsieur avait été heureux quand mon mari lui avait dit "je vous connais, mon père parlait de vous". Une petite reconnaissance, certes, tardive, mais au moins certains ne l'avaient pas oublié. Mon mari ira probablement à ses obsèques, à moins que ce monsieur ne veuille que des obsèques dans l'intimité, écoeuré par le comportement des médias de l'époque (finalement, auront jamais changé les loups, toujours aussi prompts à détruire les hommes)
Quant à ma mère, à croire que les dizaines de coups de fil ne l'ont pas trop fatiguée, car, hier soir, j'y ai eu droit plusieurs fois". Mais, elle disait qu'elle ne pourrait pas dormir, énervée qu'elle était.
Bises