Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Cearriveenfrance

Cearriveenfrance

blog à la fois humoristique, satirique, sans oublier mes coups de gueule.

J'ai pas envie d'aller chez ma belle-mère

J'ai pas envie d'aller chez ma belle-mère

Mon mari ne veut pas aller seul s'occuper de sa mère, et moi, je n'ai pas envie d'y passer plusieurs jours.

D'abord, rien n'est plus adapté chez elle. Il y fait chaud, on n'a pas le droit de tout ouvrir en grand, je ne me sens pas chez moi. C'est plus facile pour les filles ou fils. Tiens, je me sens plus libre chez ma mère d'aller et venir, de faire les choses à ma guise. Enfin, jusqu'à un certain point, car, avoir ma mère sur le dos pendant quelques jours, je ne sais pas combien de temps, je pourrai tenir.

Comme ma belle-mère ne fait plus de cuisine (pourtant, dieu sait qu'elle cuisinait bien, mais, il y a si longtemps), elle n'a plus le matériel adéquat, tout est remisé dans le haut des placards. Je ne me sens pas à l'aise dans sa minuscule cuisine. Et puis, même si elle peine à marcher, elle arrive tout de même à venir voir ce que je fais...pour surveiller peut-être. Et va y que je te fais des réflexions - tiens, je croyais qu'elle n'y voyait plus clair - "attention à ne pas mélanger ma nourriture dans le frigo" (nourriture qu'elle ne mange pas pour autant et qui se retrouve périmée et jetée), "ne changez pas de place mon couteau, ma fourchette", "ne déplacez pas mon bol pour que je puisse le prendre facilement"..."n'allez pas me faire tomber la cafetière" "attention à mes médicaments"..........

A propos de bol, c'est mon beau-frère (le très gentil) qui vient chaque matin lui ouvrir ses volets et lui préparer son petit déjeuner, voir son repas du midi. Quand il arrive tôt, il essaie de ne pas faire de bruit pour ne pas la déranger, mais, souvent, elle l'appelle "mimile, vous voulez venir m'aider à me lever ?". Et, comment elle fait quand il n'est pas là ? Elle a tout de même une infirmière qui vient 2 fois/jour, matin et soir, une femme de ménage, 3 fois/semaine (jamais la même, allez savoir pourquoi !)

En ce moment, mon beau-frère a la cote. Pourtant, dieu sait qu'elle l'a assez souvent critiqué, trouvant qu'il s'occupait à une époque beaucoup trop des autres et pas assez d'elle. Sont d'un égoïsme certains vieux.

Mon mari me dit qu'il ne sera pas à la hauteur, qu'il ne saura pas faire. C'est vrai que, mon mari, à part mettre les bols sur une table et faire le café, ne lui demandez rien d'autre le matin. Il ne sait pas ce que c'est qu'une tartine de beurre, lui ne mangeant que ses madeleines le matin.

Ca fait bien longtemps qu'il n'est pas allé m'acheter des croissants. De toute façon, je n'en veux pas, les boulangers ne les fabriquant plus depuis belle lurette, mis à part quelques uns.

J'ai dit à mon mari de demander à sa mère si elle préférait l'avoir seul pendant 4 ou 5 jours ou 2 ou 3 jours avec moi. J'aimerais bien savoir ce qu'elle va dire. Oh si, je sais ! : "mais, c'est vous deux que j'aimerais voir et pas que 2 jours". Pas folle la guêpe et son fils le dardon. L'une, parce que je devrais rester à côté d'elle, le cul vissé à ma chaise, pendant qu'elle me raconterait en long, en large et en travers ses nombreux malheurs - il est vrai que, depuis qu'elle perd la vue, elle ne peut plus lire, elle ne peut plus faire ses n° de téléphone, elle ne voit plus les images à la télé. Je sais bien que c'est loin d'être marrant tout ça. C'est la pire des choses qui pouvait lui arriver, elle qui adorait tellement lire - D'ailleurs, elle le dit. Alors, comme elle ne peut rien faire, elle cogite, elle parle, elle cause, elle râle, elle somnole, elle broie du noir.

Le fils, pendant ce temps-là, pourrait tranquillement, la conscience tranquille et l'âme en paix, prendre l'air dans le jardin et enlever les mauvaises herbes. Lui, il voit ça comme ça. Moi, moins. Je ne pourrai même pas aller faire le tour du quartier avec ma belle-mère, elle peine à marcher, ayant les pieds aussi gros qu'un éléphant.

2 jours que je cogite, que je dors mal. Passer 2 nuits entières, collée dans un clic-clac de 120, pas confortable, à un mari, dans la chaleur étouffante du minuscule salon (oui, faut pas ouvrir les fenêtres à cause des courants d'air), passer mes journées, sans sortir, en compagnie de ma belle-mère, je vous jure, ce serait le début de l'enfer pour moi. Si encore, nous pouvions nous asseoir sur le banc au fond du jardin, à regarder jardiner le mari, à écouter les oiseaux ou bruisser le vent dans les arbres, ce serait supportable, mais ma belle-mère dirait qu'elle a trop mal au dos, que le banc est trop bas, les chaises de jardin, trop basses aussi. Je lui aurais bien suggéré de sortir son relax, mais, je l'entends d'ici "ce n'est pas un fauteuil de jardin".

Pourtant, faudrait bien que mon mari prenne sa part du boulot, aille soulager un peu son beau-frère qui ne peut aller à la pêche, qui n'est pas en très grande forme et a aussi ses petits enfants dans le coin, le fils sur place étant parti en vacances et ma belle-soeur travaillant.

Au fait, vous savez quoi ? Une andouille de femme de ménage est allée dire à quelqu'un "faut que j'aille faire le ménage chez une dame aveugle qui est seule, son fils étant parti en vacances".

Dis comme ça, ça donne l'impression d'enfants qui abandonnent leur mère et la laissent sans soin, comme lorsque des maîtres abandonnent leurs animaux l'été. Tiens, il devrait y avoir des chenils pour personnes âgées pendant qu'on y est.

Voilà comment on déforme la réalité.

Car, s'il y a bien une personne qui n'est pas abandonnée, c'est bien ma belle-mère.

Une de ses filles est allée se renseigner auprès d'une maison de retraite. Vous savez ce qu'a dit le directeur de la maison de retraite ? "si la personne n'est pas d'accord, vous ne pourrez rien faire. J'aimerais aussi auparavant parler aux 5 enfants de cette dame. Et puis, il vous faudra certainement attendre, en supposant que votre mère accepte. Et puis, financièrement, il vous faudra participer"........et tralalalère, dondon, dondaine.....

Ah, s'il y avait des places libres, comment ce monsieur ne ferait pas de sentiments, n'aurait aucun état d'âme ! Les maisons de retraite manquent de place, pourtant, dieu sait que personne n'a envie d'y aller...et puis, vous avez vu le prix ? Minimum 2000 euros/mois.

Vous savez que, le jour de son anniversaire, elle avait repris du "poil de la bête" ? On s'est rendu compte que les troubles qu'elle a eu, venaient probablement en partie des médocs qu'elle prenait à tort et à travers, n'y voyant plus clair. Vous savez ce qu'elle a fait ? Oh, et puis non, c'est trop intime.

En attendant, je, ou nous, devions aller chez elle ce vendredi..et puis, cérémonie des JO oblige et que je ne veux pas manquer, je, nous, sommes dits qu'on était pas à un ou 2 jours près. De toute façon, qu'on vienne 2, 3, 4, 5 jours, ça n'ira pas.

Mais, va me falloir tout de même préparer plusieurs repas à emporter, que j'y aille ou que je n'y aille point.

J'aimerais mieux aller m'occuper de la maison de mon fils ainé dans l'Aveyron. Il nous l'a gentiment proposée, eux partant en vacances ailleurs. On aurait fait d'une pierre deux coups, arroser ses légumes et se payer du bon temps. Il y a de si beaux coins entre Aveyron, Lot, et Dordogne. Et tout ça, dans une maison rien que pour nous.

Ma mère, n'étant pas en reste, nous est aussi tombée sur le poil mardi - tant qu'à faire, autant continuer - elle a téléphoné à mon mari pour lui demander s'il voulait (enfin, lui ordonnait plutôt) venir lui arracher ses patates le lendemain mercredi. Pas jeudi, car y'avait le cloub, pas vendredi car elle allait faire ses courses dans la ville voisine. Il lui a dit "non, pas maintenant, je dois aller vendredi chez ma mère, vos pommes de terre attendront bien que je rentre".

Entre temps, dans l'après-midi, nous avons changé d'avis. J'ai dit à mon mari :

- va seulement dimanche chez ta mère, le samedi, ce sera "incirculable".

- puisque c'est ça, tiens, je vais faire l'aller retour demain seul chez ta mère lui arracher ses patates.

Il a appelé ma mère : "ce n'est pas la peine, j'ai fini de les arracher ce matin".

Et toc. Toute contente d'elle. Comme ça, elle-aussi pourra aller "chougner" chez ses voisins et se plaindre aussi de ses enfants.

Franchement, je vous jure, vous avez envie de devenir vieux, vous ?

Qu'elle n'aille pas dire que personne n'a voulu lui arracher ses pommes de terre. Là, je vais sortir mes crocs et pousser mon rugissement de lionne en colère.

Elle a arraché ses 200 pieds de pommes de terre en à peine une journée...A 89 ans et demi, elle a encore de la force.

Je me demande, pourquoi, dans ce cas, elle veut absolument une femme de ménage.

ps : pardonnez les quelques fautes égarées. J'en ai corrigé quelques unes, mais, faut se relire plusieurs fois pour les attraper au vol. Et pis, vous me direz, je n'ai qu'à ne pas écrire des pavés, hein !

J'ai pas envie d'aller chez ma belle-mère

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

le-gout-des-autres 11/08/2016 10:16

Il y a des jours, comme ça, ù on se dit que la piqûre...
Non, j'exagère, mais des fois, les mères et les belles-mères sont bien ch...
Bon tu sais quoi, juju ?
Tu devrais écrire.

Julie 11/08/2016 11:32

Oh, ça va viendre. Mais, je ne sais par où commencer, car, y'a tellement à dire sur ces 3 jours. Oui, parfois, comme tu dis, une piquouse résoudrait bien des problèmes. Bon, moi-aussi, j'exagère en disant ça. Mais, après tout, si peu, car, l'enfer est aussi dans les maisons de retraite. Finir sa vie dans un tel état. Pourquoi ce qui est autorisé pour les animaux ne l'est pas pour les humains ?

Fabie 06/08/2016 16:38

J'espère que vous n'avez pas pris la route, ce jour, samedi...ce doit être hyper bouché!
Par contre si vous la prenez demain, nous allons nous croiser :)
Bises drômoises

Praline 06/08/2016 08:28

Quelle horreur ces grand mères acariatres ! pour sûr vous n'êtes pas gâtés... Quand je repense à ma Maman, je me dis que j'ai eu de la chance : docile, gentille, conciliante jusqu'au bout, à se faire du souci pour mon devenir... rien que d'y penser j'en ai les larmes...
Bon courage, je t'embrasse et je file, journée observation et nuit des étoiles ;) Bises savoyardes.

Eve 05/08/2016 22:46

j'ai lu ton pavé et je te plains, avoir 2 vieilles dames à supporter !!!!
j e me demande comment j'aurais fait !! mon père n'était pas marrant , il n'avait que 75 ans quand il est décédé , 15 ans de plus je serais devenue folle - bon courage !!!!
bises

heure-bleue 05/08/2016 19:57

Ce n'est pas marrant de vieillir et de devenir dépendant. Ta mère et ta belle mère me font penser à la mienne de belle mère, une bourrique de première, on en parle parfois avec le Goût, elle aussi avait trois tonnes de médicaments, il lui fallait tout à côté et elle se plaignait sans cesse. Je me demande comment je vais tourner.

Fabie 05/08/2016 16:42

Tu y vas, et tu lui impose de sortir, et tu aères pendant que vous êtes dehors...
Après tout, elle ne pourra pas être plus acariâtre qu'elle e l'est actuellement...
Où, pendant que ton mari jardine, tu vas visiter le palais du Facteur Cheval , au moins tu prendras un peu de bon temps.
Bises drômoises (il fait un peu moins chaud, aujourd'hui)

liliplume 05/08/2016 14:37

Pas facile ces vieux !!! Exigeants et jamais contents. Comment serons nous à leur âge ?

Rose63 05/08/2016 13:51

A te lire ça fait fouetter de vieillir
Je me suis occupée de ma mère jusqu'à 90 ans , ensuite elle est allée en maison de retraite et j'ai continué à aller lui rendre visite 2/semaine , nos parents nous ont élevé , il est normal que l'on s'occupe d'eux et oui, financer aussi car c'est une obligation, cela ne m'a jamais gêné pour ma mère car elle était extra
Moi aussi, je vieillis, un jour j'irais aussi en maison de retraite car je sais je ne veux pas être un poids pour mes filles mais tant que je pourrais, je restais chez moi , c'est la vie, c'est comme cela .
Je te souhaite une bonne journée

biker06 05/08/2016 13:38

Ma belle mère, c'était 3000€ par mois et la maison de retraite médicalisé n'avait que le nom. Car ce sont de véritables foutage de gueule ces maison de retraite.
Ma mers qui aura 90 ans au mois de janvier habite au dessus de chez moi. Toute sa tete, mais bien dépendante de nous aussi. L'aide ménagère qui vient 2 fois par semaine et l'infirmiers tout les jours nous aide beaucoup. Car autrement moi et ma femme ce serait une occupation trop importante.... Par contre ma mère à une mémoire d'éléphant que je suis loin d'avoir. Le journaliste qui était venu faire le reportage de la déportation des habitants de son village part les nazis était subjugué par tous les "détails" qu'elle se rappeler encore..... Mais, je pense que les souffrances ne s'oublient pas !
bizz
Pat

Mistigris34 05/08/2016 13:22

aïe,aïe !!!!ma pauvre julie, "on choisi ses amis, pas sa famille" :! et la famille c'est souvent galère ;
je vous plains mais de temps en temps faut bien les remettre à leur place ces mamets,
la mienne de mère était chiante comme çà aussi, un jour que mon frère l'emmenait quelque part elle parlait tout le temps en voiture, attention y a un vélo, attention y a un feu...etc !
ce jour-là ils traversaient la forët, il a trouvé la solution, s'arrête en pleine campagne et lui dit "descends", "ben pourquoi je ne veux pas descendre là y a rien "
"ben justement là tu feras et diras ce que tu veux, je te prendrais en revenant si tu es encore là !!"
après çà plus jamais de sermons, conseils, discours en tous genres avec lui !
tu devrais essayer quand même ce n'est pas un manque de respect mais juste qu'elle comprenne que toi aussi tu as ta vie, tes idées et que tu n'es pas sa boniche !
allez, courage et j'espère que çà va aller,
gros bisous, MIAOU !!!!!