Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Cearriveenfrance

Cearriveenfrance

blog à la fois humoristique, satirique, sans oublier mes coups de gueule.

La femme du boulanger

Je ne sais pas si vous aviez fait le rapprochement avec la femme du boulanger dans mon précédent article, puisque aucun n'en a parlé. J'ai volontairement changé la pomponette en pompon et le boulanger en pomponette. Vous me suivez ? Il faut que je rende à César ce qui appartient à César (!!! Tiens, César, ça me dit aussi quelque chose. Pas à vous ?)

A moins que vous n'ayez pensé que j'ai voulu plagier ce film. Pourtant, la femme du boulanger, ça devrait vous parler, vous, la plupart de mes lecteurs, qui devez avoir allègrement dépassé la soixantaine, cet immense film avec Raimu dans le rôle du boulanger et Ginette Leclerc dans le rôle d'Emilie. Je comprendrais si vous n'aviez que 30 ans - mais passe t-il ici des lecteurs aussi jeunes, volontairement, pas par hasard ! - . Tiens, comme une question posée dans Mot de passe. La candidate de 23 ans ne connaissait pas Zitrone, l'immense Léon Zitrone. C'est à des petites choses comme ça qu'on se rend compte qu'on vieillit, que chaque génération a ses propres centres d'intérêt.

Bon, vous me direz, quand on plagie, c'est pour en tirer profit. Et nous, avec nos petits textes sans prétention, nous ne voulons que nous amuser entre nous. Je ne vois pas ce que plagier nous rapporterait, à moins de vouloir se faire "mousser" devant quelques lecteurs.

En ce moment, on a bien besoin de se changer les idées. Enfin, ceux qui n'aiment pas le foot - vous avez encore vu l'horrible attentat contre un officier de police et sa femme ? Comment vivre dorénavant sans la peur, sans regarder de travers tous les passants à barbe, sans appréhender d'allumer la radio, sans sursauter au moindre pétard lors d'un match de foot, sans se dire que tout ça n'est qu'un vilain cauchemar ?

Mais, la vie continue, il faut bien continuer à vivre, envers et contre tout.

Mon mari est parti, soit en courses, soit aux obsèques d'un monsieur que nous avions fréquenté quand notre fils cadet était enfant, lors d'anniversaires, monsieur que nous n'avions pas revu depuis 2 décennies (mon mari a revu sa femme dernièrement. Il m'a dit qu'elle n'avait pas trop changé. Les enfants grandissant, certains liens se distendent et se perdent).

Le mari : "si tu ne me vois pas revenir, c'est que je serai peut-être entrer dans l'église rendre un hommage à Mr P"....

Mais, il n'a pas changé de pantalon (il a dit avant de partir "il aurait fallu que je change de pantalon. Monsieur ne met plus ses anciens pantalons ville qu'à de rares occasions)...

Comme il ne revient pas, il est peut être aussi en train de refaire le monde avec l'épicier...

Moi, m'en vais regarder où en sont nos cerises, si elles ont rougi, après la razzia des oiseaux. Dès qu'il y en a une de mûre, les pies foncent dessus et les picorent. Un couple de pigeons adore aussi s'y poser, des pigeons énormes qui font ployer les branches et tomber les cerises. Vous savez ce que fait mon mari ? Il les cueille à moitié mûres. Elles sont acides, petites...Beurk, elles ne ressemblent pas aux magnifiques cerises burlat des rares années où nous en avons eu, qui sont normalement sucrées, rouges comme un magnifique coucher de soleil sur la chaîne des Puys.

La femme du boulanger

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Praline 15/06/2016 17:02

Alors il a fait quoi ton mari, enterré le copain ou refait le monde avec l'épicier ? :-)
Alors on va tout banaliser : les attentats, la drogue... etc. Les attentats, je ne m'y habituerai pas, j'ai peur pour mes enfants et petits enfants qu'un monde de folie attend, c'est ça la vie, voir du sang partout, des enfants sans avenir, sans sérénité ?! mon moral commence à faiblir...
Bisous ventés.

julie 16/06/2016 15:30

Bonjour jolie Praline.
Mon mari est finalement allé aux obsèques du monsieur. A la sortie, il a parlé avec quelques personnes, dont une dame âgée qui répétait "j'aimerais bien avoir sa mort, il a eu de la chance d'avoir une aussi belle mort" (heureusement que la veuve n'entendait pas). Oui, il serait mort subitement, en faisant des travaux dans sa maison.

heure-bleue 14/06/2016 19:42

J'ai vécu quatre ans à Tel-Aviv et des attentats j'en ai vu, je suis allée avec mon fils dans une librairie, le lendemain, plus de librairie et plus les deux boutiques à côté.
Pendant quatre ans, j'ai vécu sans rien changer, je prenais le bus, là bas, on fait sauter les bus, je buvais des cafés en terrasse, aujourd'hui, je ne change rien à ma vie, je prends des cafés en terrasse, je prends les transports en commun.

julie 15/06/2016 12:56

Finirons-nous, nous-aussi par nous "habituer" ? Peut-on vivre normalement sous la menace permanente d'un attentat ? On dit qu'il y aurait au moins 3000 jeunes, susceptibles de devenir des "bombes" vivantes ? Jamais, je n'aurai cru ça possible en France. Et oui, tant que ça se passe loin, ça ne nous touche pas vraiment. Mais, là, la menace est là, dans nos murs, nos "propres enfants". Et, je te dirai que ça me fiche la trouille.

liliplume 14/06/2016 18:56

Chez Heure Bleue tu parlais des gorges de la sioule. Connais tu le gour de Tazenat ? J'adore !

julie 15/06/2016 12:51

Le Gour de Tazenat, nous y emmenions nos enfants se baigner le dimanche (à l'époque, mon mari était salarié et ne travaillait pas encore le dimanche). Ensuite, nous avons été longtemps sans y aller, près de 20 ans. L'envie m'a pris d'y retourner l'été dernier. Ca ne m'a pas plu. L'ambiance avait changé. A moins que ce ne soit moi qui ai vieilli. Nous avons vu une dame, âgée de plus de 70 ans traverser le Gour. Je croyais qu'elle se préparait pour l'Iron Man de Vichy. Mais non, d'après son mari qui la surveillait, juste pour garder la forme. Les jeunes, eux, continuent à sauter du fameux rocher de l'autre côté du lac.
Mais, non, vraiment je n'ai pas aimé l'ambiance. Je ne me sentais pas à l'aise.

liliplume 14/06/2016 18:44

je suis passée tout à l'heure à Boulogne : une quinzaine de militaires (style GIGN) armés de mitraillettes, je ne sais pas pourquoi. Peut être la proximité d'une école juive ?

julie 15/06/2016 12:46

Je plains les policiers en ce moment. Ils sont sollicités de tous côtés. Et voilà qu'on les tue maintenant.

Eve 14/06/2016 13:40

et il pleut ; .... il pleut et ....... il pleut !!!!
Raimu , Zitrone, Guy Lux, ben les jeunes ne les connaissent pas , moi je ne connais pas la moitié des chanteurs d'aujourd'hui , et les jeunes acteurs j'ai parfois un peu de mal ,
concernant les policiers va bientôt leur falloir des alarmes spéciales, des portiers vidéos - ect !!! c'est vrai que je regarde de + en + ceux qui portent la barbe comme d'hypothétiques agresseurs, mais ça ne veut rien dire salah Adeslam n'en portait pas ainsi que d'autres de son équipe -

julie 15/06/2016 12:45

C'est vrai que je ne connais pas le 1/4 des jeunes chanteurs d'aujourd'hui. Pourtant, j'aime bien certaines chansons.
Nos policiers, tant mieux s'ils peuvent être armés, mais ça ne résoudra pas tout...hélas.

biker06 14/06/2016 12:44

Hello Juju
C'est bien pour ça que je n'ai jamais aimé la barbe.....Tous des fanatiques les barbus. Même chez Harley !
J'ai envoyé mon soutien à mes amis de Floride pour cette horrible massacre au nom de cette pourriture qui sévit au nom d'un Dieu. Ils vont peut être venir me voir l'année prochaine. Quel bonheur de revoir les amis américain qui m'avait parrainer en Floride pour être membre de leur association..
C'est qui se Raimu et ce Zitrone ? hi hi hi
bizz
Pat

julie 15/06/2016 12:44

Raimu, Zitrone, une autre époque, époque où les fous ne nous terrorisaient pas.

Fabie 14/06/2016 12:36

Oui j'ai pensé à pomponette, et pourtant je n'ai pas atteint l'âge canonique de 60 ans :)
Mais le clafoutis nous a tous embarqué...
C'est vrai qu'il y a des questions dont les réponses nous paraissent évidentes, et nous nous rendons compte du temps qui passe, lorsque les jeunes ne voient vraiment pas de qui on parle...
J'espère que ton mari est rentré pour manger?
Bises drômoises

julie 14/06/2016 12:41

Merci Fabie de ton passage. Suis sur l'ordi, en attendant mon mari qui n'est toujours pas rentré. Les obsèques étaient à 11h.